Le barreur O’Brian Brasse est devenu, samedi dernier, sur le plan d’eau de Grand-Baie, le nouveau champion de Maurice de laser 4.7 après une lutte qui a duré trois semaines. Il a logiquement devancé, au vu de son expérience, Adrien Lacaz et Neaz Rughony au classement final.
O’Brian Brasse, 16 ans, a tout connu dans sa jeune carrière. Il a été champion de Maurice en optimist, avant de remporter le titre chez les juniors. « Il a vraiment fait preuve de beaucoup de sang-froid pour en arriver là », relate l’entraîneur national, Mike Lafleur. En effet, le championnat de laser 4.7 version 2013 n’a pas été de tout repos. Il avait en face de lui une farouche opposition venant d’Adrien Lacaz et Neaz Rughony. « Mais il n’a pas tremblé. Loin de là », s’exclame le coach.
Samedi dernier, O’Brian Brasse a montré qu’il était de la trempe des champions. Dans la dernière journée du championnat, Adrien Lacaz et Neaz Rughony étaient bien décidés à lui faire vivre un enfer. Mais Brasse, avec son expérience, ne s’est pas laissé marcher sur les pieds. Lors de la première manche, il assomme ses adversaires. Il prend la première place devant Lacaz et Rughony.
La deuxième manche, par contre, sourit à Adrien Lacaz. « De son côté, O’Brian a assuré en terminant deuxième », note encore Mike Lafleur. Rughony, lui, consolide sa place sur le podium avec une troisième place. A la troisième manche, Lacaz en rajoute une couche. Sans doute grisé par son succès lors de la précédente manche, il enlève encore une fois une victoire. Mais derrière lui, on retrouve O’Brian Brasse, toujours deuxième, qui se contente d’assurer la victoire. Au total, sur les 12 manches réparties en quatre journées, O’Brian Brasse a marqué 14 points, contre 18 à Lacaz et 24 à Rughony. Ce podium s’est dessiné dès la première journée. Et même si O’Brian Brasse s’est fait peur, il n’a pas trop eu à forcer son talent.
« Il a parfaitement géré la compétition. Cela montre qu’il peut très bien faire », déclare Mike Lafleur. Ce dernier se réjouit d’ailleurs de l’opposition dont a eu à faire face le barreur. « C’est un signe que la voile reprend vie. Nous avons eu droit à de belles joutes. Je suis sûr que les choses ne se passeront pas aussi facilement que ça l’année prochaine », explique Mike Lafleur.
Il prévoit d’ailleurs que les places seront chères en vue de la Coupe de l’océan Indien en juillet aux Seychelles. « La Coupe de l’océan Indien est le moment d’évaluer le niveau de la voile sur le plan régional. Alors, nous allons prendre les meilleurs éléments et les mesurer aux autres de la région pour voir ce que ça donne. » D’autant que les choses sérieuses continueront avec les sélections pour la Coupe de l’océan Indien. « C’est notre plus gros objectif. Tout le monde affiche un grand sérieux et une grosse motivation pour cette compétition qui réunit le gratin régional. »
Par ailleurs, la Coupe de l’Indépendance, qui devait être disputée ce week-end, a été renvoyée à une date ultérieure. L’absence des plus sérieux candidats, à l’instar de Kevin et Vandamme Lafleur, a motivé cette décision.