L’affaire de fraude fiscale sur la Mercedes Benz SLS 63 AMG, immatriculée 1171 FB 2011, a connu des développements en fin de semaine. Thierry Lagesse, président du conseil d’administration du groupe Mon Loisir, et un des principaux protagonistes impliqués, a pris la décision de se mettre en congé – le temps de l’enquête policière concernant l’importation de la voiture – de ses responsabilités et fonctions au sein du N° 1 des Top 100 Companies de Maurice. Avec son retour annoncé pour la fin du mois d’août, l’interrogatoire formel de Thierry Lagesse par le Central CID devra être reporté conséquemment.
Dans un communiqué transmis à la presse, hier après-midi, le groupe Mon Loisir confirme le congé de son président de board. « Thierry Lagesse, cité dans une enquête de police au sujet de l’importation d’un véhicule, a décidé de se mettre en congé de la présidence du groupe GML (GML Investissement, GML Ineo, IBL, UBP, PBL, Alteo et BlueLife). »
Le conseil d’administration du groupe, qui tient à saluer cette décision, souligne que « cette affaire n’affecte en rien le fonctionnement du groupe ou de ses filiales, car elle relève exclusivement de l’activité privée de Thierry Lagesse ». Il ajoute que la démarche adoptée par son président de board « honore l’engagement de GML quant aux principes de transparence, d’éthique et de bonne gouvernance, principes qui font partie de nos valeurs essentielles ».
D’autre part, le Central CID devra faire preuve de patience pour consigner la version des faits de Thierry Lagesse, président du conseil d’administration du groupe Mon Loisir, dans le scandale de voiture de luxe hors taxes. En effet, la firme de communications Mediatalks, dont les services ont été retenus par le principal concerné, fait état dans un précédent communiqué que Thierry Lagesse à Maurice ne sera de retour à Maurice que vers la fin du mois d’août.
Dans cette perspective, Me Iqbal Rajahballee Senior Counsel, Me Sanjay Bhuckory, ancien Campaign Manager de Navin Ramgoolam à Pamplemousses/Triolet, et Me Jason Harel se rendront lundi au QG du Central CID pour des consultations avec les responsables de l’enquête sur les prochaines étapes de cette affaire.
Dans le communiqué, Mediatalks avance que « Thierry Lagesse voudrait faire ressortir qu’il n’a entravé aucune loi, et encore moins celle relative à l’importation de véhicules ». Il est également question que « Thierry Lagesse tient à réaffirmer le caractère strictement privé de son usage de ladite voiture, lequel usage ne concernait que sa personne et non pas les sociétés ou compagnies où il exerce des responsabilités ».
Après les aveux de Dhaneshwar Toolsee, directeur de SS Motor, compagnie, qui a importé la Mercedes “papillon” de 6 200 cc, immatriculée 1177 FB 11, au sujet du rôle de Thierry Lagesse dans la transaction vers la fin de 2010 et au début de 2011, l’enquête du Central CID pourrait élargir les attributions de cette enquête pour fraudes fiscales avec d’éventuels délits sous la Financial Services Act.
Cette éventualité est évoquée suite à la présence dans le dossier à charge d’un document faisant état d’une transaction financière de l’ordre de plusieurs millions de roupies entre Thierry Lagesse et Ashish Kumar Seeburrun, le bénéficiaire des facilités hors taxes sous le Returning Resident Scheme et prête-nom pour l’importation de la Mercedes-Benz SLS 63 AMG. Les autorités devront interroger le président du board du N° 1 des Top 100 Companies sur les tenants et aboutissants de cette affaire, dont le montant est reconnu formellement par les deux parties.
Outre des délits sous la Financial Services Act pour activités bancaires illicites avec la confirmation du prêt de cette envergure, les deux protagonistes pourraient faire l’objet de poursuites au pénal sous la Financial Intelligence and Anti-Money Laundering Act (FIAMLA).
Jusqu’ici, Ashish Kumar Seeburrun, au nom duquel la Mercedes “papillon” a été importée, a fait valoir son droit au silence même s’il a indiqué que la grosse cylindrée se trouvait en possession de Thierry Lagesse « for recreational purposes ». Appréhendé lundi dernier, ce suspect était en détention policière jusqu’en fin de semaine.
Des officiers du département de la douane de la Mauritius Revenue Authority (MRA) ont également été entendus par le Central CID compte tenu des allégations de la sous-facturation de la Mercedes Benz, d’au moins 50 %, soit Rs 3,3 millions au lieu des Rs 6,9 millions à l’importation. Ces éléments ont été évoqués au cours de l’interrogatoire de Dhaneshwar Toolsee, qui a retrouvé la liberté provisoire après avoir versé une caution de Rs 20 000 et signé une reconnaissance de dettes de Rs 100 000.
D’autres développements sont à prévoir avec pas moins d’une dizaine de cas d’importation frauduleuse de grosses cylindrées hors taxes sous le Returning Resident Scheme et l’identité des suspects connue des autorités…