Révélé à la suite d’un inventaire effectué en mars dernier, le mystère de la disparition, depuis janvier dernier, de 330 cartouches de cigarettes Matinée du stock aurait été résolu à la Mauritius Duty Free Paradise (MDFP). Selon nos informations, il s’agirait de l’oeuvre d’un employé affecté aux boutiques hors-taxes. C’est jeudi dernier, après une enquête interne sur cette affaire, que l’employé, qui compte sept années de service, a été convoqué par le CEO, Rakesh Rughoobeer. Après cette rencontre, l’habitant de Quatre-Bornes, âgé d’une quarantaine d’années, aurait été contraint de soumettre sa démission.
Pour les employés des boutiques hors-taxes, la tension baisse d’un cran car les suspicions pesant sur tout le personnel depuis plusieurs semaines – à la suite de cette affaire, équivalent à des pertes de quelque Rs 300,000 pour la Duty Free – étaient difficiles à vivre.
Parallèlement, les employés de la MDFP affichent la sa-tisfaction car après trois années de tergiversations et de négociations, le management et le syndicat sont finalement parvenus à la signature du Collective Agreement. L’événement a eu lieu, jeudi, au ministère du Travail où les deux parties ont apposé leur signature sur ce document portant, entre autres, sur l’augmentation salariale des employés. C’est avec soulagement que le personnel des boutiques hors-taxes accueille cette signature, la direction de la MDFP ayant finalement agréé à la demande du syndicat pour une hausse salariale de 19,5% contre 21,5% recommandée par le 3e rapport Alentaris. Les 2% restants ainsi que les négociations portant sur le grading des employés et les allocations de transport feront l’objet d’une demande d’arbitrage au Tribunal sous la présidence de Mohun Parsad Aujayeb, dont le nom a été suggéré par le ministère du Travail et accepté par les deux parties.
Au total, c’est quelque Rs 22 M que la Duty Free déboursera pour le paiement des arrérages dus aux employés et dont le retard avait suscité une grande frustration du personnel. Une première tranche a été payée en septembre 2015 et une 2e en décembre dernier. Selon nos informations, à la suite de la signature de ce Collective Agreement, le paiement des arrérages restants se fera à la fin du mois de mai. Le syndicat se réunira la semaine prochaine pour passer en revue les anomalies du dossier avant qu’il ne soit soumis au Tribunal d’arbitrage afin que le juge tranche sur les 2% restants réclamés par les employés. À ce stade, toutefois, les employés sont satisfaits du premier pas dans la bonne direction avec le management, après 3 ans de lutte.