Trois hommes poursuivis pour le vol de 300 kg de plants de taro ont été acquittés en cour de district de Rivière-Noire. La magistrate Senevrayar-Cunden, siégeant à cette instance, n’a pas écarté l’élément d’erreur d’identité étant donné que le délit a été commis pendant la nuit et que l’exercice d’identification a été effectué plusieurs semaines après le vol.
Les trois accusés, poursuivis en Cour de district de Rivière-Noire, avaient plaidé non-coupable. Les faits se sont produits le 17 février 2013 à 2 h 15. Selon le plaignant dans cette affaire, cinq personnes se sont introduites dans un champ de légumes pour y voler des plants de taro. Le plaignant, qui était en compagnie de son frère, aurait aperçu à trois mètres de lui, ces cinq personnes dans la plantation de légumes avec une torche. Selon lui, ils ont emporté deux sacs remplis de taros. Deux voleurs ont pris la fuite, mais il avait cependant identifié les trois autres, étant donné qu’ils étaient des habitants de la localité. Le témoin a ajouté qu’il ne pouvait intervenir, car les voleurs portaient des armes tranchantes. Lors de son contre-interrogatoire, le témoin a affirmé que 200 pieds carrés de taros avaient été emportés, le tout estimé à une valeur de Rs 7 500. Les trois accusés ont quant à eux soutenu en cour qu’ils étaient à leur domicile au moment des faits. Les témoins qui ont été appelés par la défense ont confirmé ces alibis. Prenant en considération les preuves présentées en Cour, la magistrate a soutenu que la seule version du témoin selon laquelle il aurait identifié trois des cinq accusés ne pouvait prouver leur culpabilité étant donné qu’il faisait noir et que le plaignant devait utiliser une torche. De plus, la magistrate a relevé que l’exercice d’identification avait été effectué environ deux mois après le délit. La charge portée contre les trois accusés a ainsi été rayée.