Dans une lettre adressée au Premier ministre adjoint, Xavier-Luc Duval, le 22 janvier dernier, le PDG d’Air France, Frédéric Gagey, le remercie pour son « intervention efficace » et son « écoute proactive ».
« Je vous remercie pour l’attention que vous avez bien voulu porter à la gestion, par la cellule de crise d’Air France, du déroulement du vol AF 463 Maurice/Paris-Charles de Gaulle, les 19 et 20 décembre 2015. Permettez-moi de vous dire que votre intervention efficace et votre écoute proactive ont été particulièrement appréciées de moi-même et de l’ensemble de nos équipes concernées par cet événement. Prenant l’occasion de cette lettre pour vous assurer de l’engagement d’Air France à vos côtés pour le développement du tourisme mauricien, je vous prie d’agréer l’expression de mes sentiments dévoués et confiants », écrit Frédéric Gagey.
Rappelons que le Boeing 777 d’Air France qui assurait la liaison entre Maurice et Paris avait fait un atterrissage d’urgence à Mombasa au Kenya dans la nuit du 19 au 20 décembre après la découverte d’un objet suspect dans les toilettes. Les passagers avaient été évacués et l’objet expertisé. Après analyse, il a été indiqué qu’il s’agissait d’une fausse alerte.
Par la suite, Air France avait envoyé sur place à Maurice deux spécialistes de la sûreté pour s’assurer de l’efficacité des fouilles à partir de Maurice. Ils se sont déclarés satisfaits du professionnalisme des opérateurs mauriciens.
Lors d’une récente conférence de presse, le leader de l’opposition avait affirmé qu’il suivait avec intérêt et inquiétude les suites données par les autorités françaises à l’affaire, en particulier en ce qui concerne le ressortissant réunionnais soupçonné d’avoir placé un objet factice dans l’avion.