Jessen Sonah, maçon de profession, avait été traduit en cour intermédiaire devant la magistrate Wendy Rangan sous les charges de « larceny made by two individuals » et « possession of property obtained unlawfully ». La magistrate a rayé la charge retenue contre lui vu que le témoin clé dans cette affaire, son présumé complice, ne s’est jamais présenté en cour.
Jessen Sonah, qui avait plaidé non-coupable en cour aux deux charges contre lui, était représenté par Me Tsang Mang Kin. Lors de sa déposition, le PS Seeparasand, témoin dans cette affaire, a déclaré que pendant l’enquête, le présumé complice, Sylvanick Farla, avait identifié Jessen Sonah comme son acolyte lors du cambriolage chez un certain M. Cunniapen. Le présumé complice avait été poursuivi dans un procès séparé pour « larceny made by two individuals » et avait plaidé coupable. Dans l’affaire Sonah, le présumé complice avait été appelé comme témoin clé par la poursuite afin de fournir des preuves sur la culpabilité de Jessen Sonah.
M. Cunniapen, un habitant de Pamplemousses a énuméré en cour les objets volés dans sa demeure, principalement des outils de maçonnerie, d’une valeur de Rs 3 000. Lors de l’enquête, Sylvannick Farla a indiqué que M. Cunniapen avait déclaré qu’il suspectait Jessen Sonah d’être le cambrioleur mais ne pouvait donner une description de l’accusé. Selon le complice, M. Cunniapen, son voisin, avait balancé son nom comme étant un des cambrioleurs mais n’avait pas indiqué comment il avait fait pour transporter ces objets. En cour, M. Cunniapen devait affirmer que les deux présumés cambrioleurs travaillaient comme maçons chez lui. Un jour, alors qu’ils n’étaient pas venus travailler, il s’est rendu compte que plusieurs objets avaient disparus de chez lui. M. Cunniapen devait déclaré en cour que quelques objets appartenaient aux maçons mais qu’une pompe à eau, des étriers et des pots de peintures volés étaient à lui.
Lors du procès, Sylvannick Farla ne s’est pas présenté en cour pour fournir des preuves de la culpabilité de Jessen Sonah. La cour avait par la suite ordonné plusieurs renvoi et à la fin n’a pas donné suite à la requête de la poursuite afin que l’affaire soit renvoyée à nouveau à cause de l’absence du témoin clé. La magistrate Rangan a alors jugé que dû à l’absence du témoin clé dans cette affaire, la poursuite n’avait aucune preuve afin d’inculper Jessen Sonah et a donc décidé de rayer les deux charges retenues contre ce dernier.