Les éléments de la Criminal Investigation Division (CID) de Mahébourg mènent actuellement une enquête serrée dans l’affaire du « braquage » du magasin Mikado de Mahébourg. À ce stade de l’enquête policière, neuf suspects ont été arrêtés. Cependant, la majeure partie du butin chiffré à Rs 1,4 million, composé notamment de montres des prestigieuses marques Festina et Tissot, n’a pas été retrouvée jusqu’ici.
À hier, les enquêteurs croyaient dur comme fer que le cerveau de l’affaire serait Kamlawtee Appanah, 36 ans, Sales manager… au magasin Mikado de Mahébourg. Selon certaines sources proches de l’enquête, Kamlawtee Appanah serait criblée de dettes et aurait eu l’idée d’ourdir un plan simple et précis en compagnie d’un dénommé Goparlen Sockalingum afin de concocter un « faux » braquage qui serait préparé à l’avance de l’intérieur. Leurs acolytes n’auraient eu qu’à entrer à l’intérieur du magasin et subtiliser deux sacs remplis de montres de valeur et s’en aller.
C’est bel et bien ce qui s’est passé en début de semaine. Mais les limiers de la CID de Mahébourg, loin d’être dupes, ont compris très rapidement la supercherie. Pour cause : des caméras de surveillance se trouvant à l’intérieur du magasin auraient été désactivées. Ce qui mit la puce à l’oreille des enquêteurs. De toute évidence, les « braqueurs » avaient été grandement aidés par une tierce personne travaillant au magasin.
C’est ainsi que Kamlawtee Appanah fut arrêtée. De fil en aiguille, Goparlen Sockalingum ainsi que son épouse, une dénommée Vinu Luchmee, furent  appréhendés. Une petite partie du butin, d’une valeur d’environ Rs 300 000, a été récupérée dans une digue à Valetta, tandis qu’un cutter utilisé par Goparlen Sockalingum dans le but d’intimider les caissières du magasin a aussi été retrouvé.
Deux autres suspects, à savoir Goinden Sooben, 26 ans, et Rakesh Varden, 27 ans, se sont constitués prisonniers en présence de leur homme de loi, Me Zahir Nazurally. Ce dernier a logé une bail motion au nom du suspect Sooben en cour de Mahébourg. Ces deux suspects auraient laissé entendre aux enquêteurs avoir empoché une somme d’argent dérisoire pour leur participation à ce faux braquage. Ils auraient aussi confirmé que tout avait été préparé à l’avance et qu’ils auraient eu pour instruction de n’avoir qu’à entrer à l’intérieur du magasin dans le but de faire main basse sur un ou deux gros sacs.
Par la suite, les dénommés Ramessing Hurchurn, Sachanand Anath et deux autres suspects dont les noms n’ont pas été divulgués ont aussi été écroués. Selon nos renseignements, les enquêteurs seraient actuellement à la recherche de receleurs éventuels.