La magistrate Padmini Mauree, siégeant en Cour de Rose-Hill, a trouvé coupable un homme accusé d’avoir volé une somme de Rs 8 000 de la caisse d’un restaurant à Chebel et d’avoir endommagé ladite caisse. Si ce dernier avait plaidé coupable de cette dernière accusation, il avait toutefois nié le vol d’argent.
L’accusé avait été poursuivi sous trois chefs d’accusation en Cour de rose-Hill, en l’occurrence d’avoir endommagé la caisse d’un restaurant, d’y avoir dérobé Rs 8 000 et d’avoir été en possession de ladite somme d’argent. Selon les deux dépositions de l’accusé présentées en Cour, ce dernier avait admis connaître le plaignant, qui travaillait comme barman dans le restaurant, qu’il avait lui-même l’habitude de fréquenter. Selon sa version, il se trouvait dans l’établissement le jour des faits allégués. Une dispute aurait alors éclaté entre les deux hommes à propos d’une bouteille de bière que l’accusé voulait obtenir à crédit. Dans un excès de colère, ce dernier aurait alors endommagé la caisse, sans toutefois agresser physiquement le plaignant ni dérober la somme de Rs 8 000. Le PC Meurier, qui se trouvait sur les lieux de l’incident, devait pour sa part attester en Cour avoir remarqué la présence de débris de verres sur le sol, affirmant que le tiroir-caisse était ouvert et vide.
Dans sa version, le plaignant confirme s’être disputé avec son client ce soir-là, vers 23h, en raison d’une bouteille de bière, que l’accusé ne voulait pas payer. Celui-ci aurait alors endommagé la caisse ainsi qu’une vitrine, dans laquelle se trouvait de la nourriture, et ce à l’aide d’une barre métallique. L’accusé l’aurait ensuite poussé avant de s’emparer de la somme de Rs 8 000, qui se trouvait dans la caisse.
Plus tard, le plaignant a clairement identifié l’accusé au poste de police de Beau-Bassin. Alors qu’il se trouvait sous serment, l’agresseur présumé aurait ensuite refusé d’admettre le vol d’argent, en avouant toutefois avoir endommagé la propriété du restaurant. Dans son jugement, la magistrate devait estimer la version du barman plus « crédible » que celle de l’accusé. Elle a ainsi reconnu ce dernier coupable de la charge de vol et de dommages à une propriété. Elle devait cependant rejeter la dernière charge.