Trois hommes et une femme, qui se déplaçaient à bord d’une voiture volée, ont agressé en milieu de semaine quatre commerçants, emportant argent et bijoux dans des boutiques, un restaurant et un vidéoclub de Triolet, Arsenal et Terre-Rouge. La police serait en possession d’une vidéo de caméra de surveillance qui, espère-t-on, permettra peut-être d’identifier les malfrats.
Dans la soirée de mardi dernier, les malfaiteurs s’étaient rendus vers 19h45 dans un vidéoclub de Triolet. Armés d’un sabre et d’un couteau, deux d’entre eux ont alors fait irruption dans le magasin avant de forcer le propriétaire à leur remettre de l’argent. « J’étais derrière le comptoir lorsque j’ai vu une voiture, avec les vitres brisées, garée devant mon magasin. Deux personnes sont alors rentrées à toute vitesse à l’intérieur de mon magasin et l’un d’eux m’a menacé avec un sabre avant de s’emparer de la recette de la journée, que je gardais dans un tiroir. Pendant que je courais pour aller me cacher, l’autre individu a foncé sur moi et m’a donné un coup de couteau au cou. Ils ont pris la fuite lorsque j’ai commencé à pousser des cris pour alerter mes voisins, qui m’ont ensuite transporté à l’hôpital », a raconté, visiblement encore sous le choc, le propriétaire du vidéoclub au Mauricien hier après-midi.
Le commerçant, qui travaille dans cette région depuis de nombreuses années, n’aurait jamais pensé, dit-il, qu’il serait un jour attaqué par des malfrats. « J’étais abasourdi. Je croyais que c’était bien plus grave lorsque j’ai vu sang sur les vêtements que je portais. J’ai eu très peur. J’ai cru que j’allais mourir. Heureusement que mes voisins sont arrivés à temps pour me secourir », raconte-t-il, avant de demander aux autorités policières « d’arrêter au plus vite ces quatre personnes ». Un voisin de la victime reprend : « Nos enfants vivent dans la peur depuis cette attaque. Ils sont traumatisés. Ils ne veulent plus sortir, même pour aller à la mer, pourtant à deux pas de chez nous. »
Mais les quatre malfrats n’en sont pas restés là. Une heure à peine après avoir attaqué le propriétaire du vidéoclub, ils se sont arrêtés chez une boutiquière de Morcellement St-André en prétextant vouloir « acheter des cigarettes ». Selon la propriétaire du commerce, « deux hommes costauds, portant chacun un châle au cou et les mains gantées » se sont alors approché d’elle alors qu’elle se trouvait derrière le comptoir. « L’un d’eux m’a dit : « To ena sigaret, fair nou gagn de-trwa ek twa » », raconte-t-elle. « Comme il se montrait agressif, je n’ai insisté pour leur demander la marque de cigarettes qu’ils cherchaient. Soudain, l’un d’eux m’a donné un coup à la poitrine avant d’arracher ma chaîne en or. » Ce qui a étonné le plus la commerçante, c’est que les voleurs ne montraient aucun signe de panique. « Ils gardaient leur sang-froid avant de retourner s’installer dans leur voiture. Ene parmi ti ose dir mwa « pa pran numero loto, li pe ena plak-sa ». » En présence de son époux, qui travaille à son compte tout juste à côté de son magasin, la boutiquière poursuit : « Mo pa souait person pass dan sa ki mo finn passe. C’est un coup terrible pour ma famille. Li bien tromatisan. »
Selon nos informations, la CID de Trou-aux-Biches est déjà en présence d’une vidéo de caméras de surveillance où apparaissent les malfaiteurs. L’enquête se poursuit tandis que les malfrats étaient toujours recherchés à l’heure où nous mettions sous presse.