La police a pris trois jours pour résoudre le vol avec violences perpétré au domicile de la Deputy Commissioner of Prison (DCP) Gunneeta Aubeeluck, au cours duquel sa fille, âgée de 26 ans, avait été ligotée et bâillonnée.

Une équipe de l’Anti Robbery Squad de la SSU, emmenée par les inspecteurs Jeean et Seewoo et assistée du sergent Ratinapoulle, a effectué lundi après-midi une descente rue Gonia, à La Tour Koenig, où les policiers ont arrêté le récidiviste Christopher Perrine, âgé de 33 ans. Leurs soupçons s’étaient portés sur ce dernier en raison de son mode opératoire, ce récidiviste s’habillant en effet toujours en noir et se couvrant le visage d’un casque intégral lorsqu’il était autrefois passé à l’acte. Sans compter qu’il circulait sur une moto noire portant une fausse plaque d’immatriculation.

C’est grâce aux caméras d’un guichet automatique à Stanley, sur lequel le suspect a effectué un retrait d’argent avec une carte volée, que la police a pu obtenir ces détails, même si son visage était caché.

Au cours de la perquisition à son domicile, les policiers ont saisi plusieurs trousseaux de clés que le suspect a utilisés pour entrer chez ses victimes, de même qu’un tournevis, une clé à molette et un revolver factice. Le suspect est vite passé aux aveux concernant le vol perpétré le 12 octobre dernier à Roches- Brunes. Il a ajouté avoir utilisé un jouet en forme de revolver pour menacer la fille de la DCP Aubeeluck. Le récidiviste a été remis aux hommes de l’inspecteur Samynaden de la CID de Camp-Levieux, qui est en charge du dossier. Après avoir passé la nuit en détention, Christopher Perrine a comparu au tribunal de Rose-Hill ce mardi pour son inculpation provisoire.

Pour rappel, vendredi dernier, la fille de la DCP Aubeeluck se trouvait seule chez elle lorsqu’elle a entendu du bruit en provenance de la cuisine. Elle est alors tombée sur un malfrat portant un casque intégral qui fouillait la pièce. Ce dernier l’a poursuivie avant de brandir un revolver. « Mo kone to mama pa la », lui avait-il lancé. Puis il l’avait ligotée avant de la bâillonner. Le suspect a ensuite fouillé la maison de fond en comble avant de repartir avec des bijoux, une carte bancaire et de l’argent. Entre-temps, la victime était néanmoins parvenue à défaire ses liens et s’était réfugiée dans sa chambre, dont elle avait fermé la porte à clé, avant de téléphoner à sa mère, qui est arrivée plus tard avec des gardes-chiourmes et des policiers de Camp-Levieux.

À noter que les enquêteurs ont appris que la carte bancaire avait été utilisée à un guichet automatique de Stanley. C’est alors qu’ils ont obtenu des détails sur le malfrat et la marque de sa moto, conduisant plus tard à l’arrestation de Christopher Perrine.