La magistrate Véronique Kwok Yin Siong Yen, siégeant en cour intermédiaire, a trouvé coupable Jonathan Rose de complicité de vol et de possession d’objets volés au préjudice d’un certain Abaideen Naheebocus. Les quatre autres charges portées contre lui ont été rayées.
Jonathan Rose avait été poursuivi sous six chefs d’accusation en cour intermédiaire. Il avait plaidé coupable du délit d’« aiding and abetting the author of a crime » et de « knowingly receiving articles obtained unlawfully ». La cour devait prendre en considération les allégations de son complice, qui l’avait impliqué dans cette affaire de vol chez un certain Abaideen Naheebocus. Le complice, qui avait été condamné pour vol, est décédé. L’accusé, pour sa part, devait nier avoir participé à un cambriolage les 10 et 11 novembre 2011 au domicile d’Abaideen Naheebocus. Toutefois, il avait concédé avoir fait le guet le 21 novembre 2011 au domicile d’une autre personne alors que son complice effectuait le cambriolage, fait pour lequel il a plaidé coupable. Concernant les délits commis le 10 et 11 novembre, l’accusé avait présenté un alibi selon lequel il était à son domicile en compagnie de sa grand-mère. La cour devait prendre note qu’aucune déposition n’avait été prise de la grand-mère mais également qu’aucune preuve n’a été présentée démontrant que les articles volés étaient en possession de l’accusé. Dans son jugement, la magistrate prend en considération le fait que la poursuite n’avait pas réussi à détruire l’alibi présenté par l’accusé et « failed to prove its case beyond reasonable doubt on counts 1, 2, 3, 4 ». Elle a ainsi décidé de rayer quatre des six charges portées contre Jonathan Rose. Concernant les deux autres charges, la magistrate a pris en considération le fait que l’accusé avait plaidé coupable afin de rendre son verdict.