En juin dernier, Maurice a signé un nouvel accord aérien bilatéral avec la Chine, ce qui permet à Air Mauritius d’effectuer 28 vols par semaine vers ce pays. Ainsi, après Hong Kong, Beijing et Shanghai, Air Mauritius dessert une fois par semaine la ville de Chengdu et, dans ce contexte, un vol inaugural a eu lieu lundi dernier et une délégation mauricienne de haut niveau dirigée par le Deputy Prime Minister et ministre du Tourisme Xavier Duval et le président d’Air Mauritius, Arjoon Sudhoo. A leur arrivée à Chengdu, partenaire privilégié d’Air Mauritius car la municipalité de cette ville de l’Ouest de la Chine subventionne en partie les vols de la compagnie nationale, la délégation mauricienne a été reçue avec tous les égards dus à son rang par le gouverneur de la province du Sichuan et le maire de Chengdu.
D’emblée, le ministre du Tourisme mauricien devait souhaiter que la fréquence des vols vers cette nouvelle destination passe à deux dans un proche avenir et même un peu plus dans un proche futur. Car les autorités mauriciennes croient dur comme fer que la Chine demeure la solution à l’alternative du plafonnement des marchés traditionnels grâce à sa croissance économique et son développement. Avec ses 14 millions d’habitants, Chengdu et ses alentours sont un réservoir potentiel important de touristes, surtout pendant leur saison estivale qui correspond à la basse saison à Maurice car les Chinois ont la particularité de préférer voyager quand il fait très chaud dans leur pays, comme c’est le cas en juillet/août. En plus, ils sont connus comme étant des touristes de contre-saison et ne se contentent pas de profiter des hôtels et des plages. Ils sont avides d’activités multiples et diverses.
Objectif pour l’année prochaine : 100 000        touristes chinois
Pendant son voyage éclair de 48 heures, Xavier Duval, qui était accompagné de hauts cadres du Tourisme, Karl Mootosamy et Robert Desvaux, et un membre du board d’Air Mauritius, Bissoon Mungroo, a surtout mis l’accent sur le fait que Chengdu pourrait être la courroie d’entraînement de touristes potentiels d’autres métropoles chinoises vers la destination mauricienne. “Maurice a tous les avantages. Beaucoup plus que les Maldives qui attirent pourtant plus de touristes chinois. En 2014, elles ont accueilli 200,000 Chinois. Maurice est un peu loin, mais nous nous rattrapons. En 2014, nous avons accueilli 60 000 touristes et nous pouvons faire une croissance d’environ 30 % cette année-ci, et sans problèmes nous devrions arriver jusqu’à 100 000 l’année prochaine”, dit-il. Chengdu sera donc la ville tête de pont pour faire accroître le nombre d’arrivées de Chine sur notre sol : “Nous nous attendons à une croissance d’environ 30% sur la destination. Le nombre d’arrivées a augmenté de 50% l’année dernière et il y aura sans doute, avec Chengdu, 60% cette année et l’année prochaine on s’attend à une augmentation de 70%”.
Ce vol inaugural a suscité un intérêt certain de la presse locale à Chengdu qui a voulu savoir du ministre du tourisme mauricien quels pouvaient être les pôles d’attraction à Maurice pour le touriste chinois. Outre les plages et les hôtels haut de gamme, Xavier Duval a surtout mis en avant les nombreuses activités ludiques et culturelles comme les activités nautiques, l’écotourisme, le shopping et les casinos.
Pour Air Mauritius, si la destination mauricienne est primordiale dans sa stratégie du choix de Chengdu, le Paille-en-Queue ne néglige pas pour autant la destination Chengdu qui s’ouvre aussi aux Mauriciens. Outre ses sites historiques, dont le Jinsha Site Museum, la capitale du Sichuan est un grand centre de transit pour les autres mégalopoles de la région, mais aussi les sites touristiques les plus prisés dans cette partie de la Chine que sont les Trois Gorges du Yangtsé, le Tibet, la vallée de Jiuzhaigou, le temple de Huanglong, Xi’an, le mont Emei et le Grand Bouddha de Leshan. Le Sichuan est aussi connu pour ses vestiges historiques, ses paysages subtropicaux et sa réserve naturelle de pandas géants, sans oublier la chaumière de Du Fu, le temple Wuhou, le mont Qingcheng, le système d’irrigation de Dujiangyan. Une belle diversité d’activités touristiques extraordinaires qui peut pour les professionnels s’étoffer de son modèle économique et entrepreneurial.