Photo d'illustration

La CID de la Western Division, menée par le surintendant Shyam Bansoodeb, a procédé à l’arrestation d’un maçon de 20 ans, faisant partie d’une bande armée qui a terrorisé une famille à Coteau Raffin. Le suspect a été inculpé jeudi sous une accusation provisoire de “attempt at larceny wounding”. Comme la police a objecté à sa remise en liberté conditionnelle, il demeure en détention préventive. Les enquêteurs sont sur la piste de ses complices.

Le délit a été commis aux petites heures le 5 avril au domicile d’un entrepreneur de 64 ans, résidant dans une villa pieds dans l’eau, à Coteau Raffin, La Gaulette.

Dans sa déposition, la victime a déclaré à la police qu’elle dormait sur un canapé avec son épouse sous sa véranda, quand il a senti un individu sur lui. Il a alors remarqué un inconnu encagoulé et armé d’un sabre. Ce dernier l’a menacé : « Res trankil, res trankil. Sinon mo koup twa. » Le sexagénaire a quand même pu lutter avec le suspect et lui a arraché le sabre des mains.

Deux autres voleurs avaient maîtrisé l’épouse de la victime en tentant de la bâillonner. Alerté par des bruits inhabituels et des cris, le fils du couple, qui dormait à l’intérieur, est passé à travers une fenêtre et devait violemment pousser l’un des agresseurs à terre. Ce dernier devait répliquer en lui donnant un coup au visage avec un objet pointu. Les deux complices ont tenté d’agresser le jeune homme avec leurs sabres. Mais ils devaient rencontrer une opposition de la part du sexagénaire. D’ailleurs, il a été blessé au cou et aux doigts en défendant son fils.

Finalement, la bande a dû battre en retraite en passant par la plage et en prenant une embarcation sur la mer. Le couple et leur fils ont dû recevoir des soins au centre médical d’Yves Cantin, à Rivière-Noire. La police, qui a inspecté la résidence du couple, a relevé que les bandits avaient escaladé un mur pour y avoir accès. En se basant sur la description fournie par les victimes, les soupçons de la police sont tombés sur un habitant de Karo Kalyptis. Après l’arrestation de ce maçon, la police recherche activement ses complices.