En ce début de semaine, la Criminal Investigation Division et la Field Intelligence Office de la région Nord conjuguent leurs efforts en vue du démantèlement d’un important réseau de voleurs de voitures sévissant depuis quelque temps dans le Nord. Le dernier coup de cette bande organisée, qui remonte à dimanche matin à Pereybère, s’est soldé par un échec alors qu’un des suspects avait déjà en main les clés de la voiture de sa victime. Les sources approchées affirment toutefois que ce gang devrait être mis hors-jeu dans les meilleurs délais.
Les informations concordantes disponibles de sources policières indiquent qu’une directrice de boîte de nuit a été prise pour cible très tôt dimanche matin. Depuis sa sortie d’un établissement du même genre situé sur la route côtière de Grand-Baie, elle a été pris en filature par une Mitsubishi blanche avec au moins deux suspects à bord.
Toutefois, ce n’est qu’en arrivant vers 5 h 45 à proximité de la résidence de cette figure très connue de la Nightlife , à Morcellement Swan Pereybère, que la bande a mis en oeuvre son Modus Operandi. Un homme devait s’approcher du véhicule de la femme âgée de 36 ans sous prétexte de lui demander un briquet.
Dans la foulée, il devait arracher les clés de contact de la Toyota Vitz de la victime qui était en compagnie d’un proche au moment des faits. Dans les échauffourées, le suspect devait infliger à sa victime plusieurs coups de poings. Mais devant la résistance de l’habitante de Pereybère, le suspect devait finalement s’avouer vaincu en prenant la fuite à bord de la Mitsubishi garée non loin.
Avec la version consignée de la victime au poste de Police de Grand-Baie, la Police Information and Operation Room devait recourir au dispositif CCTV pour identifier la Mitsubishi blanche. Les responsables de l’enquête policière ont par la suite établi les premiers contacts avec la National Transport Authority pour remonter la piste de son propriétaire. Ce dernier, un entrepreneur de 40 ans et habitant La Cure, a fait comprendre durant son interrogatoire qu’il n’était pas au volant de la Mitsubishi dimanche et qui plus est le véhicule a été acheté en son nom mais qu’en réalité, il appartient à son neveu.
En vue de mettre à l’épreuve la crédibilité de sa version des faits, les limiers de la Criminal Investigation Division de Grand-Baie l’ont soumis à une parade d’identification dans la journée d’hier où la victime de Pereybère a formellement confirmé qu’il ne s’agissait pas de l’homme qui l’a abordée dimanche matin. L’habitant de La Cure a ensuite été relâché sur parole en attendant les prochaines étapes de l’enquête.
Entre-temps, les analyses de la Police sur la Mitsubishi, qui a été saisie dans la région de Port-Louis, indiquent que ce véhicule est également impliqué dans un autre cas de Carjacking perpétré à Trou-aux-Biches il y a quelques semaines. Les caméras de surveillance devaient montrer des images d’une voiture blanche remorquant une Suzuki Swift appartenant à un étranger. Avec des indices cruciaux prélevés sur la Mitsubishi, les enquêteurs devraient parvenir à la conclusion qu’elle est également impliquée dans ce coup à Trou-aux-Biches.
Au vu de la progression de l’enquête policière depuis dimanche matin, l’on hésite pas à indiquer que les premières arrestations, dont celle du cerveau du réseau, devraient intervenir rapidement. Depuis la matinée, une escouade, sous la responsabilité du Chief Inspector S. K. Beeharry et du sergent Bhujun, a été constituée pour traquer les suspects appartenant à ce gang.