Azur SC, championne de Maurice en titre, a décroché son ticket pour la finale de l’AMVB Cup sur tapis vert jeudi dernier au gymnase Pandit Sahadeo à Vacoas. La bande à Guito Lepoigneur devra toutefois patienter pour connaître son adversaire en finale. En effet, la seconde demi-finale opposera le Curepipe Starlight aux Tranquebar Black Rangers, mercredi.
Fait incroyable. Azur SC est parvenu en finale de l’AMVB Cup sans disputer la moindre rencontre. En effet, les filles de Guito Lepoigneur ont bénéficié des forfaits du Mahebourg VBC en quarts de finale et de la Tour Koenig VBC en demi-finale jeudi dernier. Le coach de l’équipe des villesoeurs, Guito Lepoigneur voulait que ses joueuses aient un peu plus de matches dans les jambes. « C’est sûr que nous aurions aimé avoir disputé plus de rencontres mais c’est ainsi. Nous avons été chanceux car les deux équipes que nous devions affronter ont déclaré forfaits. Mais nous attendons le jour j avec impatience. La motivation est toujours là  et nous ferons tout pour remporter la victoire finale, peu importe l’adversaire », souligne Guito Lepoigneur.
L’équipe du Curepipe Starlight Sports Club a obtenu sa qualification pour la finale en battant le Quatre-Bornes VBC en trois sets à 1 (27-29, 25-23, 25-19 et 25-21) en 111 minutes de jeu. Et pourtant, la bande à Deepak Sowaruth avait présenté un effectif limité lors de cette rencontre. Les joueurs cadres tels qu’Angélique Ramdoss et Vanessa Maléa n’étaient pas de la partie. L’expérimentée Prisca Seerungen, qui avait contractée une blessure lors de la Coupe des clubs champions de la zone 7 à Madagascar, a dû tenir sa place pour l’occasion. L’équipe du CSSC était en outre composée de Felicia Julie, Vanessa Chellumben, Heidy Bauda, Chow Fee Cheung et Sybille Constant.
L’équipe quatre-bornaise comptait dans ses rangs un renfort de choix en la personne de Natacha Rigobert. Cette dernière, qui retrouvait le volley-ball en salle, a apporté son expérience à un groupe composé de Christina Larose, Allyson Labour, Janique Louis, Lise Bonne et Stacy Armoogum. Ce sont les joueuses de la Ville Lumière qui allaient pourtant faire parler la poudre en premier en l’emportant 29-27. Le deuxième set était plus équilibré, les deux formations se neutralisant à un moment sur le score de 23 à 23. Mais ce sont les Curepipiennes qui ont fait la différence, remportant les deux manches suivantes. Le CSSC est revenu de l’arrière pour l’emporter et ainsi prendre son ticket pour la finale.