L’ancien président de l’Association Mauricienne de Volley-Ball, Bharun Teeroovengadum, était face à la presse vendredi dernier au Centre Social Marie Reine de la Paix, en compagnie de Navin Bhowany (dirigeant de l’Association Sportive Jeunesse Chebel) pour expliquer les raisons de son départ. Ce dernier a également démissionné de l’AMVB, lui qui en était l’assistant-secrétaire . Pendant près de deux heures,  Bharun Teeroovengadum a notamment fait un bilan depuis sa prise de fonction en tant que président en 2012 pour ensuite consacrer une longue partie de son intervention au club de Camp Ithier VBC et son représentant Soogum Ramkalawon pour enfin terminer sur le pourquoi de sa démission..
Bharun Teeroovengadum en avait gros sur la patate et il l’a fait savoir vendredi dernier au Centre Social Marie Reine de la Paix. « J’ai toujours oeuvré pour le bien-être des volleyeurs tout au long de mon mandat. J’ai relancé le centre de formation, mis en place les sélections nationales pour prendre part aux qualificatifs pour les Championnats du Monde 2014 et aussi recherché un Directeur Technique National (DTN) qui malheureusement n’a pas abouti. Et que dire de la mise en place des sélections jeunes pour les qualificatifs des Jeux Olympiques de la Jeunesse de Beach Volley l’année dernière et les Jeux d’Afrique », fait-il ressortir.
L’ancien président de l’AMVB est revenu sur le cas du DTN, stipulant que Maurice avait besoin de l’expertise étrangère. « Nos entraîneurs nationaux sont limités car ils ne sont pas exposés aux techniques de pointe. Ce n’est bien évidemment pas de leur faute. C’est pour cette raison que le volley -ball local a besoin de l’expertise d’un DTN étranger. Nous avons eu les Français Olivier Lardier et Fabrice Chalendar qui n’ont toutefois pas accepté l’offre. Pour ma part, j’ai continué à chercher, ayant eu des contacts avec la Grande Péninsule et le Kenyan Paul Bitok. J’avais même convaincu le ministère de la Jeunesse et des Sports que nous avions besoin d’un DTN et nous avons trouvé un accord. Mais, coup de théâtre, mon comité directeur n’était pas chaud à cette idée et ils ont décidé d’envoyer une lettre au MJS pour leur informer que la fédération n’était pas intéressé par la signature d’un DTN », explique Bharun Teeroovengadum.