C’est le grand déballage actuellement au sein du petit monde du volley-ball dans le sillage de l’organisation de l’assemblée générale annuelle de l’Association mauricienne de Volley-Ball dimanche prochain à 10h au siège de la fédération à Vacoas. Cette assemblée prend des nouvelles proportions avec la tenue des élections de remplacement de cinq membres du comité direction dont trois pour la D1 et deux pour les D2.  L’équipe du duo Feyzal Bundhun-Kaysee Teeroovengadum mis à mal depuis le départ forcée de Bhurun Teeroovengadum comme président se livre à des actions peu scrupuleux pour tenter d’avoir une majorité au sein de cette assemblée. Pour citer un exemple de ces tentatives peu catholique c’est le remplacement surprise de Navin Bhowany comme représentant de l’AJ Chebel par… Mario Venkatasamy. Un homme controversé après son départ du MMM pour rejoindre Maurice Allet du PMSD  et qui fut en son temps de sobriété, maire mauve de la ville de BB-RH, mais qui est tombé aujourd’hui un peu trop bas.
Tous les actions sont donc permis ces derniers jours et qui vont certainement s’accentuer dans les jours à venir avec l’approche de la date de l’assemblée. Pour se prévenir des abus, un certain nombre d’équipes, une dizaine selon nos informations, ont envoyé un courrier vendredi au ministère de la Jeunesse et des Sports pour formuler la demande suivante: que cette assemblée soit superviser par la commission électorale. «C’est un certitude ni le président ni le secrétaire n’ont de majorité au sein du volley-ball mauricien. Ils tentent actuellement par tous les moyens fourbes et illégaux pour essayer d’avoir une majorité. Ils acceptent à leur guise l’affiliation des clubs et renvoient ceux qui ne sont pas de leur côté», a expliqué un membre de club en opposition directe avec le duo Bundhun-Teeroovengadum.
Dans cette guerre pour le contrôle de l’AMVB «by any means», Kaysee Teeroovengadum n’hésite pas à s’en prendre à son propre frère, Bhurun.  Ce dernier, apprenons-nous, aurait fait une entrée à la police contre la décision de Kaysee Teeroovengadum en tant que secrétaire général de l’AMVB se refuser l’enregistrement des clubs. On n’est donc pas sortie de l’auberge dans cette nouvelle affaire qui secoue l’AMVB d’autant que cette fois encore, l’agenda proposé risque de prendre toute la journées de ceux présents.
Il y a en effet, 20 items à l’agenda. Mais l’AMVB ne veut pas expliquer à ses membres pourquoi le ministère de la Jeunesse et des Sports a suspendu les finances de la fédération.  Pour avoir des explications, la note explicative qui accompagne l’invitation à l’AG en date du 23 février, demande à ceux qui ont des questions de prendre rendez-vous avec le…président.