La succession d’Azur SC sera ouverte à partir de demain dans le cadre du championnat féminin de première division de volley-ball. Déjà vainqueur du Charity Memorial et de la Republic Cup cette saison, cette formation possède les arguments nécessaires pour ajouter un troisième titre à son palmarès. Et ce, après ceux décrochés en 2005 et l’année dernière. Toutefois, ses adversaires, avec en premier lieu le Curepipe Starlight, ne viendront pas avec la fleur au fusil. Ce qui promet donc une compétition intéressante, même si quatre ou cinq formations semblent se démarquer.
Quarante-cinq rencontres seront à l’affiche de cette première partie de championnat qualificative pour les play-offs et les play-downs. En action, dix équipes toutes armées du désir de se retrouver aux six premières places. Outre les deux équipes citées plus haut, les Tranquebar Black Rangers, le Quatre Bornes VBC, voire l’Union Sportive Beau Bassin Rose-Hill et le Malherbes VBC semblent démontrer les meilleures garanties pour disputer les play-offs. Toutefois, La Tour Koenig SC, le Buswell VBC, Roches Brunes Azurra et le Mahébourg VBC tenteront de ne pas jouer aux faire-valoir afin d’éviter les play-downs.
Azur SC nage donc en pleine confiance, après son parcours sans faute réalisé depuis le début de la saison. « L’équipe affiche un bien meilleur rendement que la saison dernière. Nous sommes beaucoup plus complets dans les différents compartiments et notre banc est plus solide », se réjouit l’entraîneur Guito Lepoigneur. Au sein de son groupe, Joanne Latour a effectué son retour, mais Stéphanie Duval manquera à l’appel lors des rencontres face au Curepipe Starlight et aux Tranquebar Black Rangers. Reste que Guito Lepoigneur hausse les enchères. « Certes, nous ne sous-estimons pas nos adversaires. Toutefois, nous voulons à tout prix remporter le championnat et pourquoi pas réaliser le Grand Chelem avec les Masters. Il nous faudra travailler dur pour cela. »
Le principal challenger des Azuréennes sera à coup sûr le Curepipe Starlight. Finaliste malheureuse de la Republic Cup, la bande à Prisca Seerungen aspire cette fois à se retrouver sur la plus haute marche du podium. Comme l’atteste d’ailleurs Daniel Lam-Hing, responsable de la section volley au sein de la formation de la ville lumière. « Nous avons certainement de grandes chances de décrocher le titre. Avec le travail effectué par le couple Seerungen (Prisca et Patrick), l’équipe ira en progressant. La motivation est également présente au sein du groupe. » Le Curepipe Starlight tentera donc de faire parler son expérience, surtout avec le retour à la compétition de Maïta Cousin.
Retour à la compétition également pour Martine Bistoquet au sein des Tranquebar Black Rangers. Lauréate en 2010 et 2011, l’équipe de la capitale s’était contentée de la troisième place la saison dernière. Pourra-t-elle retrouver les premières loges cette saison ? Son entraîneur José Bistoquet y croit, même si la passeuse titualire, Mary-Jane Brasse, avait pris ses distances de l’équipe lors de la Republic Cup.
Du côté du Quatre Bornes VBC, la première saison en D1 la saison dernière a été porteuse d’espoirs, avec une quatrième place à l’arrivée. Cette fois, Lindsay Wilson souhaite que ses protégées se retrouvent sur le podium. « Certes, les jeunes joueuses ont encore beaucoup à apprendre. Il n’empêche que nous nous approchons du wagon de tête et que nous possédons une bonne marge de progression. »
Deuxième saison chez l’élite aussi pour le Malherbes VBC et le Mahébourg VBC, soit deux équipes qui tenteront de s’accrocher au bon wagon, malgré les moyens limités. De son côté, l’Union Sportive Beau Bassin Rose-Hill essaiera de jouer les trouble-fête, avec un groupe renforcé par la venue de Carène Mikale et Soledad Pielucci. Il en sera de même pour La Tour Koenig VBC et le Buswell VBC au sein duquel Géraldine Verrière a effectué son retour, alors que la compétition s’annonce dure pour Roches Brunes Azurra.