Invaincue lors du championnat 2010, avec rien qu’un set concédé, l’équipe des Tranquebar Black Rangers a chuté d’entrée dans le présent championnat féminin de première division de volley-ball.
L’autre rencontre à l’affiche hier a permis au Curepipe Starlight de conforter son fauteuil de leader suite à son succès aux dépens du Buswell VBC en trois sets (25-15, 25-16 et 25-22).
Face à une formation d’Azur SC qui jouait somme toute sa dernière carte dans la course à la consécration, le tenant du titre semblait avoir fait le plus difficile en remportant les deux premières manches, hier soir au gymnase Pandit-Sahadeo à Vacoas. Toutefois, les Azuréennes renversaient la vapeur pour finalement faire la différence en 118 minutes sur le score de 15-25, 25-27, 25-18, 25-23 et 15-11.
« Après la perte du deuxième set que nous aurions dû gagner, j’ai secoué les joueuses. Elles ont alors réagi positivement pour renverser la tendance. Certes, il nous manque encore quelques repères, mais il n’empêche que le championnat est maintenant relancé. Le coup est encore jouable pour nous, mais tout dépendra du résultat de la rencontre Curepipe Starlight/Tranquebar Black Rangers », avance l’entraîneur Guito Lepoigneur.
Du côté de Tranquebar, la déception s’avère énorme, surtout que la victoire lui semblait promise. « Nous sommes revenus sur terre et cette défaite nous pousse à une remise en question. D’autant que des joueuses ont manqué d’initiative et que des erreurs de jeunesse ont été commises », explique de son côté José Bistoquet.
Mais le mentor de cette formation veut encore y croire. « Certes, cette défaite est amère, mais rien n’est encore perdu. Il nous faudra nous battre lors de toutes nos prochaines sorties afin de conserver notre titre. »
Au sein de cette équipe de la capitale, Samantha Louis a pris ses distances. De son côté, Géraldine Verrière, une des nouvelles recrues, tenait sa place dans le six initial aux côtés de Martine Bistoquet, Elizabeth Mohungoo, Tiffany Nursimloo, Mary-Jane Brasse et Priscilla Kelly. Du côté de l’équipe adverse, Guito Lepoigneur avait fait confiance aux mêmes éléments que jeudi dernier, soit Nathalie Létendrie, Joanne Latour, Lucy Latour, Caroline Lepoigneur, Estelle Chan et Salveena Larché.
Le départ en trombe de Tranquebar (8-4, 14-8, 19-13 et 25-15), avec une Martine Bistoquet inarrêtable, ne présageait rien de bon pour Azur. Mais voilà, cette dernière formation se montrait alors plus performante en réception et en défense afin de mieux soutenir la comparaison. Tant et si bien que la manche suivante était indécise jusqu’au bout avec une équipe d’Azur qui ne pouvait convertir deux balles de set à 23-24 et 24-25, et qui se mordait les doigts par la suite (25-27).
Reste que le match était loin d’avoir pris son pli définitif. Combatives à souhait, les Azuréennes remontaient le courant pour remettre les pendules à l’heure à l’issue de deux manches menées quasiment de bout en bout. Tranquebar vivait certes un mauvais scénario, mais faisait montre d’un certain orgueil de champion en se retrouvant aux commandes (8-5) au changement de côté.
Mais voilà, des grains de sable se retrouvaient dans la machine. Les attaques de Martine Bistoquet ne passaient plus, Tiffany Nursimloo semblait hors du coup, alors que les autres joueuses n’arrivaient plus à suivre. De l’autre côté, Nathalie Létendrie et Lucy Latour s’en donnaient à coeur joie, et la décision basculait inévitablement dans le camp d’Azur, qui égalisait dans un premier temps au 16e point avant de prendre le large.
Azur devra maintenant patienter jusqu’au 25 courant pour livrer sa prochaine sortie face au Buswell VBC, tandis que l’équipe de Tranquebar croisera le fer avec ce même adversaire mercredi prochain.
De son côté, le Curepipe Starlight a logiquement pris la mesure de Buswell, qui concède ainsi sa deuxième défaite consécutive. Toutefois, l’entraîneur George Appadoo n’est nullement satisfait de la prestation de ses protégées. « Nous avons certes réalisé l’essentiel, mais la manière n’y était pas. Il faut que les joueuses soient plus régulières aux séances d’entraînement, car nous sommes devenus l’équipe à battre dans ce championnat. »
Un championnat qui se poursuivra samedi (17h) avec la rencontre Roches Brunes Azurra/La Tour Koenig VBC.