La malédiction se perpétue pour les clubs mauriciens dans la Coupe des clubs champions de la zone 7 de volley-ball. Le public présent hier au gymnase Pandit Sahadeo a eu droit à une finale inédite chez les hommes opposant d’un côté l’équipe mauricienne de Quatre-Bornes VBC et de l’autre la formation seychelloise de Beau Vallon, cinq fois vainqueur de la compétition. Ce sont finalement les Dallons qui ont fait la différence s’imposant au tie-break (25-27, 25-13, 24-26, 25-13, 16-14) remportant ainsi leur sixième titre ( 1997 aux Seychelles, 1998 et 2000 à Madagascar, 2004 et 2008 aux Seychelles). A noter que ce sont les Seychellois d’Anse Royale qui détiennent le record avec sept titres en douze ans. Du côté féminin, les Réunionnaises de Saint-Denis Olympique ont conservé leur titre en prenant la mesure des Malgaches de Stef Auto (25-21, 18-25, 25-17, 25-18).
Les hommes de Lindsay Wilson étaient si proche du but…Les coéquipiers d’Evans Sauteur avaient pourtant fait le plus dur en égalisant à 14-14 dans le tie-break alors qu’ils étaient menés 12-14 et que l’équipe championne des Seychelles avait la balle de match. La formation de la Ville des Fleurs a trouvé les ressources nécessaires pour égaliser mais ce n’était pas suffisant… Aux grands désarroi de tous ceux présents au gymnase Pandit Sahadeo pour encourager les joueurs. « Les Dieux du gymnase n’étaient pas avec nous. Nous avons beaucoup donné dans cette partie et je suis très fier de mes joueurs. Certes, nous avons fait des erreurs, notamment dans les services mais aujourd’hui (ndlr: hier), c’est la chance qui nous a fait défaut. Nous nous étions bien préparés mais malheureusement nous ne sommes pas sacrés », avoue un Lindsay Wilson déçu mais content que ses joueurs aient donné la pleine mesure de leur capacité.
Du côté seychellois, la joie est bien évidemment au rendez-vous. « Nous remportons notre 6e titre  et nous n’avons enregistré qu’une seule défaite depuis le début de la compétition. Je suis entièrement satisfait de mes volleyeurs qui ont bien profité des erreurs de l’équipe adverse et qui les ont bien exploîtées. Ils ont fait la différence au moment opportun, c’est-à-dire au tie-break. Je tiens toutefois à saluer la performance des Quatre-Bornais qui demeure une bonne équipe », souligne le coach seychellois, Adolphe Nalletamby. Le Quatre-Bornes VBC ne succèdera donc pas au Tampon Gecko Volley au palmarès, et ne mettra ainsi pas fin à la longue traversée du désert des équipes mauriciennes dans ce tournoi depuis voilà 13 ans déjà. Une victoire hier soir aurait permis à Lindsay Wilson et sa bande de rejoindre la Fire Brigade dans l’histoire. Mais ce n’est pas le cas. Il faudra encore repasser.
Dans l’autre finale, les Réunionnaises de Saint-Denis Olympique ont une nouvelle fois pris la mesure de Stef Auto. Les filles de David Françoise étaient opposées pour la deuxième fois consécutive aux volleyeuses de la Grande Île qui ont une nouvelle fois courbé l’échine en quatre manches (25-21, 18-25, 25-17, 25-18). Anne-Laure Fontenay (36 ans) élue meilleur serveuse du tournoi ne pouvait contenir son émotion. « Je commence à avoir les jambes lourdes avec le poids des années. Je suis très heureuse car nous réalisons un beau doublé. Nous avions à coeur de défendre notre titre et nous l’avons fait. Chapeau à nous », affirme notre interlocutrice. Stef Auto n’a pour sa part pas à rougir de cette défaite en finale, compte tenu du fait qu’elles soient venues avec un effectif réduit de sept joueuses.