Certes battues par les Seychelles, les sélections mauriciennes de volley-ball ont néanmoins acquis leur qualification pour la compétition subzonale dans le cadre des championnats du monde de volley-ball. Malgré les revers subis face aux représentants de l’archipel au Palais des Sports de Roche-Caïman, Bharun Teeroovengadum ne veut pas jeter l’éponge. Au vu de la prestation des sélectionnés, en particulier les jeunes éléments, le président de l’Association mauricienne de volley-ball (AMVB) s’attend à un tout autre scénario lors de la phase zonale prévue sur le sol mauricien en septembre. Pour peu que les sélections bénéficient du soutien voulu pour aller au bout de leur mission.
Bharun Teeroovengadum demeure catégorique sur un point. Maurice, avec une préparation limitée, n’a pas à rougir de ses défaites. « Nos deux sélections ont réalisé une meilleure prestation que lors des derniers Jeux des îles. La sélection féminine a souffert de par un manque de compétition et est tombée face à un bloc seychellois beaucoup plus expérimenté. Par contre, la sélection masculine a bien failli faire la différence lors de la rencontre de dimanche. Des jeunes tels qu’Allan Esther, Hansley Casimir, Stéphane Toussaint et Evans Sauteur ont été sollicités et ont donné du fil à retordre à leurs adversaires. De ce fait, les Seychelles ont dû faire appel à leurs internationaux. » Selon le président de l’AMVB, l’homme de cette dernière rencontre aura été incontestablement Alvaro Bonne-Langue. Un joueur que les internationaux Ian Furneau et Rodney Ah-Kong ont eu bien du mal à contrer.
Du côté de la sélection féminine, Bharun Teeroovengadum dira son appréciation de la performance de Joanita Latour, Géraldine Verrière et Felicia Julie. « Des joueuses qui seront à surveiller lors des prochains Jeux des îles », estime-t-il. Il s’attend donc à une lutte encore plus acharnée en septembre prochain, du fait que la sélection pourrait comprendre des joueuses d’expérience telles que Martine Bistoquet, Maïta Bassy, Lucy Latour ou encore Heidy Bauda. Sans oublier Kevin Larose qu’il considère comme un joker au niveau de la sélection masculine.
Reste que pour atteindre l’objectif visé qu’est la qualification pour le troisième tour, le président de l’AMVB s’attend à une aide plus prononcée des autorités concernées. « Avant notre départ pour les Seychelles, nous n’avions rien obtenu du ministère de la Jeunesse et des Sports. Cette fois, il faudra prévoir un budget et investir dans le cadre de cette compétition zonale. Les problèmes de transport et de vitamines devront être résolus. Que le MJS croit en nous ou non, nous continuerons notre chemin tout en faisant appel aux commanditaires pour encadrer les sélections. »
Toujours est-il que Bharun Teeroovengadum s’attend à une rude concurrence pour intégrer les sélections. « Une rencontre sera bientôt organisée avec les entraîneurs nationaux et les entraîneurs de clubs afin que tous se retrouvent sur la même longueur d’onde. Les compteurs seront remis à zéro, car aucune place n’est réservée au sein des sélections finales. » Résolument optimiste, le président de l’AMVB s’attend cette fois que les représentants du quadricolore dament le pion aux sélections de l’archipel. « Il y aura du spectacle à Maurice. Nous ferons vibrer le public », promet-il.