Comme il fallait s’y attendre c’est un nouveau Teeroovengadum qui a pris les commandes de l’Association mauricienne de volley-ball (AMVB). A savoir l’aîné de la fratrie, Bharrun  Teeroovengadum âgé de 57 ans qui a été élu président, le jeudi 27 décembre 2012 à l’hôtel Villas Caroline, Flic en Flac.  Ainsi après neuf ans — une année de plus qu’autorisée par le Sports Act –  passé à la tête de la présidence, Kayseeven Teeroovengadum cède ainsi sa place à son frère pour un mandat de quatre ans. Désormais la dictature peut donc continuer.
Cette assemblée générale élective s’est tenue en présence de 29 représentants des clubs affiliés. Bharrun Teeroovengadum — qui selon ses propres confessions revient d’un opération difficile au coeur — a ainsi été élu à l’unanimité, soit sans opposition. Mais comment les choses auraient pu en être autrement après le show et l’orchestration qui a été mise en place par son frère Kaysee Teeroovengadum afin de couronner le nouveau Tsar du volley-ball mauricien. En effet pour avoir le droit d’assister à cette assemblée, il fallait absolument répondre oui à une seule question: «Es-tu pour ou contre que Bhurun soit le président de l’AMVB?» Ceux qui ont répondu «oui» à la question ont non seulement vu  leur club éligible à participer à cette élection,mais également que leurs représentants ont été  véhiculé de leur demeure à Villa Caroline et pour le retour également, après la fête de circonstance.
Mais entre-temps  n’oublions pas que le volley-ball mauricien est en constante régression et ce, depuis plusieurs années déjà, et que cette assemblée n’est en fait qu’une parodie. Comme ces élections qui sont organisées en Russie, au Venézuela ou encore  à l’époque de Ben Ali en Tunisie. Cette assemblée générale élective est tout sauf un exercice démocratique et légal envers les lois de notre République. D’abord, selon les provisions du Sports Act, l’AMVB aurait dû notifier les clubs 30 jours  avant la date de l’élection. Or dans le cas de l’exercice du 27 décembre, des clubs ont reçu leur convocation que la veille du scrutin.
Durant les jours précédant les élections, un membre de l’ancien comité et qui a été élu de justesse dans le nouveau comité a passé le clair de son temps à récolter personnellement les «forms» des candidats. Alors que les propres règlements de l’AMVB stipulent que chaque candidat doit faire acte de candidature par voie postale. Pire le secrétariat de l’AMVB à Vacoas était fermé le 10 décembre, soit le jour de la fermeture des dépôts de candidature. Cela ressemble étrangement à ces machines de vote électroniques qui, peu importe  celui pour qui  vous avez voté, c’est toujours celui qui est au pouvoir qui récolte les voix.
Non respect du Sports Act
Mais le plus grave dans la conduite de cette assemblée générale c’est le non-respect total de la section 9 du Sports Act. En effet, cette clause de la loi stipule clairement que chaque fédération qu’elle soit collective ou individuelle doit «set-up a Regional Sports Committee in each region consisting of representatives of clubs which comply with the Act and which are enrolled with it». Or contrairement à 2007, l’AMVB n’a pas organisé d’assemblée élective dans les régions. Alors que la formule de 7-5-3 qui  a été appliquée,  est contraire aux propres règlements de l’AMVB et qui a été utilisé en 2007 à savoir la règle 6-3-2. A savoir six représentants de la D1, trois de la D2 et deux au niveau régional
Il est à noter qu’au cours de l’Assemblée générale, seul le poste de président avait été attribué et ceci en l’absence de Fayzal Bundhun. C’est à dire que 10 jours après, l’AMVB n’a toujours pas de comité directeur . Interrogé hier à ce propos, le président de l’AMVB a laissé entendre à Week-End que c’est très probablement ce vendredi que son comité sera désigné. Ce qui est encore une fois contraire aux règles. Ainsi au sein de ce nouveau comité directeur, quelques membres  sortant seront de nouveau en fonction. Il s’agit de Kaysee Teeroovengadum, Jean-Michel Dedans, Siva Annaya, Soogum Ramkhelawon et Navin Bhowany. Fayzal Bundhun, directeur Technique et instructeur de la Fédération Internationale de Volley-Ball (FIVB), Nazir Bowud – ex-trésorier de la MFA – et Ravin Nundoolall, qui avait officié comme team-manager de la sélection masculine lors des derniers Jeux des Îles de l’Océan Indien, sont les nouveaux arrivants au sein de ce comité….
À titre d’information, Siva Annaya, Navin Bhowany, Fayzal Bundhun, Olivier Ami et Nazir Bowud ont fait le plein de voix, soit 28 au total. Kaysee Teeroovengadum est celui qui a récolté le moins de voix (20) au niveau des membres élus. Rodney Castel, représentant du comité régional de Rodrigues a été élu d’office. Daniel Lam-Hing (D1), Annidev Chinea et Preetam Poodun (D2) sont ceux qui n’ont pas été élus dans ces circonstances pour le moins écoeurant et qui est loin de faire honneur au sport.
Il est à souligner que lors de cette AG élective, certaines personnes, qui n’avaient rien à voir avec cette élection, mais proche de Kaysee Teeroovengadum, étaient présentes pour l’occasion. Il s’agit entre autres de l’arbitre Rohit Cauleechurn et Danielle Roussety, membre du comité directeur sortant. L’équipe de Tranquebar Black Rangers était representée par Michael Macaque, ex-boxeur et aussi époux de Martine Bistoquet, volleyeuse et capitaine de cette formation. Ne dit-on pas qu’avec l’AMVB des Teeroovengadum tout  devient possible.
Les élus de D1 sont entre autres :  Siva Annaya, Navin Bhowany et Fayzal Bundhun (28 voix), Dean Ramburrun (27), Bose Soonarane (26), Soogum Ramkhelawon (25), Jean-Michel Dedans (24).En D2: Olivier Ami et Nazir Bowud (28), Ravin Nundoolall (25), Bharrun Teeroovengadum (22), Kaysee Teeroovengadum (20) Comités régionaux: Rodney Castel (élu d’office).
La colère de l’autre Teeroovengadum
Cette élection n’a pas fait que des heureux, nommément l’autre frère des Teeroovengadum, Naz. Ce dernier a carrément retiré sa candidature la veille des élections. Dans un courrier électronique qu’il a envoyé à plusieurs personnes le 26 décembre 2012, il a considéré cette assemblée générale élective comme «the darkest  day in the history of volleyball and Sports in Mauritius». Dans ce courrier, il dénonce entre autres le non-respect des règlements tant de l’AMVB que du Sports Act tout en se posant une série de questions.
«Many clubs members have reported to me that neither their notifications have not been sent by post nor have they returned them by post as prescribed by the rules. This can be easily verified.  How many of you have been given false promises or hopes? How many of you have suffered pressure and are under fear? How many of you will vote according to your conscience? How will you vote for expenses already done in 2012? How will you vote for a Budget after 12 months. And for the 2012 auditor and Calendar of Activities?», écrit-il dans son courrier. Naz Teeroovengadum a aussi soumis une liste de 7 motions (voir hors texte) qui ont été balayées d’un revers de main par savez-vous qui?
Au niveau du ministère de la Jeunesse et des Sports cette assemblée a attiré l’attention et on croit savoir que le ministre, Devanand Ritoo, compte bien demander une enquête sur son déroulement. «Nous avons appliqué une ligne avec la fédération de natation. Nous comptons en appliquer la même s’il est trouvé que l’AMVB n’a pas respecté les lois», a-t-on laissé entendre au 3e étage de l’Emmanuel Anquetil Building.