En disposant des Réunionnais du VBC Saint-Leu en trois sets (25-21, 25-13 et 25-23) hier soir, le Faucon Flacq Camp Ithier VBC a quasiment assuré son visa pour les demi-finales de la Coupe des clubs champions de la zone 7 de volley-ball. Au cours de la 19e édition de cette compétition qui se déroule au Palais des Sports de Mahamashima à Tananarive, le Rivière-du-Rempart Star Knitwear VBC a de son côté refait surface. Et ce, grâce à un succès en quatre sets aux dépens des Seychellois de Premium Spikers. Par contre, les deux représentants locaux au niveau féminin ont manqué leur entrée dans cette compétition. Le Curepipe Starlight s’inclinant au tie-break face aux Réunionnaises du Volley Club Côte Ouest, après avoir pourtant remporté les deux premières manches, et Azur SC concédant une défaite en quatre sets face à la formation malgache de VC Diamant.
Dernière rencontre de la journée d’hier, le débat Faucon Flacq Camp Ithier VBC/VBC Saint-Leu s’est déroulé dans des conditions difficiles. Initialement prévu à 18h30 (heure de Madagascar), il a débuté à 21h45, et les joueurs ont regagné leur hôtel aux alentours de minuit. La raison de ce retard conséquent demeure que certaines des précédentes rencontres se sont soldées en quatre sets ou au tie-break, alors qu’une panne d’électricité longue de plus d’une heure en raison de violents orages n’a pas été pour arranger les choses. De ce fait, les quadruples champions nationaux devront miser sur la récupération en vue d’un duel au sommet face à la formation malgache de l’AS Tiavo ce soir. Ce sera somme toute la finale de la poule B du fait que le vainqueur devrait en toute logique terminer à la première place.
Face à cette équipe entraînée par Tony Randriambao, ancien joueur de l’Association Sportive Jeunesse Chebel, Dharmendra Gundowry affiche une certaine prudence. « Nous devrons être à notre meilleur niveau pour aspirer à faire la différence. L’AS Tiavo se trouve être une équipe fort dynamique avec des joueurs pleins d’énergie qui pratiquent un jeu rapide. Elle a fait montre de peu de failles jusqu’ici », explique l’entraîneur du Faucon Flacq Camp Ithier VBC.
Toujours est-il qu’il garde confiance en un groupe qui a été à la hauteur des attentes placées en elle jusqu’ici, avec deux succès en autant de sorties. « Face au VBC Saint-Leu, nous avons fait tourner le groupe afin de garder la fraîcheur physique en vue de la rencontre de ce soir. La quasi-totalité des joueurs a évolué et je suis heureux que mes deux guest-players que sont Evans Sauteur et Jason Bhowany s’adaptent graduellement à notre jeu. »
Certes, une meilleure résistance était attendue du VBC Saint-Leu, surtout après son net succès aux dépens des Comoriens d’Asimid SC. Cependant, l’équipe de l’île soeur ne possède plus en son sein ses meilleurs cadres et une qualification pour les demi-finales s’annonce délicate pour elle. D’autant que l’AS Tiavo a également signé un 100% de réussite jusqu’ici. Quant aux Seychellois de Beau-Vallon, ils se sont rebiffés face aux Mahorais de M’Tsangadoua après leur échec face à l’équipe de Camp Ithier.
Renversement de situation
Du côté de la poule A masculine, le Rivière-du-Rempart Star Knitwear VBC a repris du poil de la bête. Après son échec face aux Réunionnais du Tampon Gecko Volley, la bande à Nassrullah Loolmohamode, qui n’avait plus droit à l’erreur, a pu repousser le challenge des Premium Spikers. Malgré un effectif fort limité de huit joueurs et la perte sur le fil de la première manche, l’équipe nordiste a su renverser la vapeur. Elle devait livrer un duel décisif pour la qualification face à la formation malgache de Gendarmerie Nationale VB aujourd’hui en fin d’après-midi. Cette dernière formation a de son côté entamé de manière positive cette compétition en prenant le meilleur des Mahorais de M’Tsapere. Dans cette poule, la rencontre Gecko Tampon Volley/Premium Spikers s’annonce également décisive.
Chez les dames, les éléments du Curepipe Starlight doivent sans doute se mordre les doigts. Face à un adversaire à sa portée, à savoir l’équipe réunionnaise du Volley Club Côte Ouest (repêchée suite au forfait du Tampon Gecko Volley), Heidy Bauda et ses camarades semblaient avoir fait le plus difficile. Deux premiers sets remportés et la victoire qui leur tendait les bras. Puis, un cruel relâchement et les Réunionnaises qui renversaient la situation pour égaliser dans un premier temps et ensuite surclasser leurs adversaires dans le tie-break.
Désormais, le Curepipe Starlight s’est placée dans une situation des plus inconfortables, étant condamné à prendre le meilleur de Stef Auto cet après-midi. Quand on sait que l’équipe malgache se trouve être le tenant du titre, a terminé à la cinquième place lors de la Coupe d’Afrique des clubs champions cette année et a dominé sans coup férir les Seychelloises de Friends lundi dernier, on mesure l’ampleur de la tâche de l’équipe de la ville lumière.
Quant à Azur SC, il a également courbé l’échine face à la formation malgache de VC Diamant. La sortie sur blessure au deuxième set de la passeuse Caroline Lepoigneur a dans une large mesure handicapé cette formation. Comme le confirme l’entraîneur Guito Lepoigneur : « Cette sortie a débalancé notre groupe. D’autant qu’à mon avis nous avons affronté la meilleure équipe de cette poule. Lors de nos deux prochaines sorties, nous devrons solliciter Cheryl Monty ou Joanne Latour à ce poste de passeuse. »
Azur SC sera au repos et sera sur le front demain pour croiser le fer avec l’équipe réunionnaise de Saint-Denis Olympique. Un adversaire qui validera son ticket pour les demi-finales en cas de succès et qui s’est avéré trop fort pour les Malgaches de l’AMVB.