Défait lors de ses deux précédentes sorties face au Curepipe Starlight et au Quatre Bornes VBC, le Mangalkhan VBC paraissait une proie facile pour les Trou aux Biches Sharks. Toutefois, le réveil de la bande à Judex Louis a été brutal, hier soir au gymnase Pandit-Sahadeo à Vacoas, dans le cadre de la sixième soirée du championnat masculin de première division de volley-ball. Les champions en exercice en ont fait les frais en s’inclinant au tie-brea, et après 123 minutes de jeu, sur le score de 25-22, 16-25, 21-25, 28-26 et 13-15.
Le Mangalkhan VBC a enregistré son premier succès de prestige depuis son accession chez l’élite. Même si on ne vendait pas cher ses chances lors de ce débat de tous les dangers, cette formation dont le six initial était composé de Julio Mangalon, Ramesh Lallah, Teddy Paris, Gino Sophie, Christopher Sophie et Allan Philippe, a su trouver les ressources nécessaires pour contenir les assauts de son adversaire. Il s’agira désormais de confirmer face au Club Sportif de Pamplemousses samedi.
Avec la défaite pour la moins inattendue de la formation de Trou aux Biches, rien que le Faucon Flacq Camp Ithier VBC et le Quatre Bornes VBC demeurent invaincus dans ce championnat. Pourtant, l’équipe dirigée par Dharmendra Gundowry avait toutes les cartes en main pour s’octroyer un troisième succès consécutif. Reste que Gilbert Alfred et ses coéquipiers (Kevin Appigadu, Jeremie Alexandre, Olivier Alfred, Stephane Moonisamy et Akash Doobraz) ont dû courir après le score, ayant concédé les deuxième et troisième manches. Même l’entrée en jeu de la nouvelle recrue, le Seychellois Guy Valentin, n’a pu faire pencher la balance en sa faveur. Les Trou aux Biches auront intérêt à se rebiffer au plus vite, d’autant que leur prochaine sortie face à la formation de Camp Ithier ne s’annonce guère de tout repos.
Pour sa part, le Port Louis Red Star continue de manger son pain noir. Dominée par le Quatre Bornes VBC et le Faucon Flacq Camp Ithier VBC, l’équipe de la capitale n’a de nouveau pu soutenir la comparaison. Opposée à un bloc du Curepipe Stalight qui a connu des fortunes diverses jusqu’ici, elle s’est cette fois inclinée en trois sets (23-25, 16-25 et 19-25) en 70 minutes. Désormais, le Port Louis Red Star et l’Union Sportive de Pamplemousses demeurent les seules équipes à n’avoir pas encore gagné.