On attendait le Faucon Flacq Camp Ithier VBC et Azur SC au tournant. D’autant qu’ils affrontaient deux adversaires encore invaincus dans les championnats nationaux de première division de volley-ball. Les tenants du titre ont finalement été exacts au rendez-vous, hier soir au gymnase Pandit-Sahadeo à Vacoas. La formation de Camp Ithier prenant aisément la mesure du Port Louis Red Star en trois sets (25-11, 25-21 et 25-18) et les Azuréennes renversant la situation face aux Tranquebar Black Rangers (18-25, 25-17, 25-22 et 25-20).
Troisième succès en quatre sorties pour le Faucon Flacq Camp Ithier VBC. « Nous sommes désormais à mi-chemin de la qualification pour les play-offs. Il nous faudra maintenant confirmer lors de notre prochaine sortie face à l’ASJ Chebel », avance Dharmendra Gundowry, entraîneur de cette formation. Il est d’autant plus satisfait que certaines modifications ont porté leurs fruits. Le passeur Hansley Casimir s’est bien défendu dans son nouveau rôle de libero, tandis qu’Alvaro Bonne Langue et Andry Rakoto se sont montrés percutants en tant que réceptionneurs-attaquants.
Certes, l’équipe de la capitale, forte de ses trois succès consécutifs, paraissait capable de poser quelques problèmes. Toutefois, à l’image de cette foudroyante accélération adverse de 14-11 à 25-11 lors de la manche initiale, la hiérarchie était vite respectée. Le Port Louis Red Star devra de nouveau être sur ses gardes lors de sa prochaine sortie face au Rivière-du-Rempart Star Knitwear VBC vendredi prochain. Une dernière formation avide de se rebiffer après son échec face au Quatre Bornes VBC.
Entre-temps, la rencontre prévue ce soir entre les Trou-aux-Biches Sharks et La Tour Koenig VBC sera marquée par le retour à la compétition de Gilbert Alfred. Ce dernier, ancien capitaine du Faucon Flacq Camp Ithier VBC, défendra pour la première fois les couleurs de l’équipe de Trou-aux-Biches, qui visera également son tout premier succès chez l’élite.
Du côté féminin, Azur a connu quelques frayeurs au début avant de forcer la décision en sa faveur. « Le manque de compétition a joué contre nous du fait que notre dernière sortie remonte au 10 mai. Cela nous a perturbés et les joueuses ont commis beaucoup de fautes directes. Toutefois, elles se sont bien ressaisies pour retrouver le bon rythme », soutient l’entraîneur Guito Lepoigneur.
Ballottées au cours de la manche initiale (8-12, 13-19 et 18-25), Nathalie Létendrie et ses camarades devaient donc par la suite redresser la barque. Et ce, même si les Tranquebar Black Rangers, malgré l’absence d’une passeuse attitrée, ont fourni une bonne réplique. Surtout au cours du troisième set, quand la bande à José Bistoquet effectua une remontée de six points (7-13) pour égaliser à 18-18. Elle tentera maintenant de retrouver le goût de la victoire face au Curepipe Starlight samedi prochain.