Une quatorzième année de disette. Le volley-ball mauricien continue de manger son pain noir au niveau de la Coupe des clubs champions de la zone 7 de volley-ball. Alors que tous les espoirs reposaient sur le Quatre Bornes VBC pour rejoindre la Fire Brigade, voilà que les Seychellois de Beau-Vallon ont brisé ce rêve, samedi dernier lors de la finale tenue au gymnase Pandit-Sahadeo à Vacoas. Les Quatre-Bornais sur la deuxième marche du podium et le Faucon Flacq Camp Ithier VBC, vainqueur du match de classement face au Tampon Gecko Volley, sur la troisième : une bien mince consolation quand même.
Si les éléments de Beau-Vallon pouvaient donner libre cours à leur bonheur avec cette sixième consécration dans cette compétition, ceux du Quatre Bornes VBC arrivaient difficilement à cacher leur énorme déception. Remportant la première manche, puis menant deux sets à un ou encore 4-0 lors du tie-break, Evans Sauteur et ses camarades avaient une nouvelle fois une main sur le trophée. Tout comme en 2003, quand opposés aux Malgaches du Tiko SC, ils n’étaient qu’à quatre points du sacre. Mais voilà, les vieux démons allaient surgir de nouveau lors d’une fin de rencontre haletante et crispante. Au bord du précipice à 12-14, les champions de Maurice sauvaient deux balles de matches sur des ballons impossibles. Toutefois, à 14-15, les Dieux du stade avaient choisi leur camp quand le smash de Kevin Larose était contré. Le maléfice continue donc.
Reste que cette finale disputée devant un public mauricien trop timide par moments a connu des rebondissements. Les Seychellois, bien que concédant les 1er et 3e sets, ont su réagir efficacement en survolant les 2e et 4e manches sur le score éloquent de 25-13. Toutefois, au premier set, Halick Panagary et ses coéquipiers semblaient avoir la situation bien en main en menant 17-13, mais se faisaient rejoindre à 20-20. Le Quatre Bornes VBC ne pouvait conclure de son côté avec deux balles de set en sa faveur, alors que les Seychellois échouaient de leur côté à 25-24. Conséquemment, les Quatre-Bornais réalisaient les trois points cruciaux. Scénarion quasi identique au troisième set, avec deux équipes à égalité à 19-19, avec le Quatre Bornes VBC, mené 21-23, renversait la tendance à 26-24. Cette débauche d’énergie pour renverser la vapeur était l’explication avancée par Lindsay Wilson concernant la défaite des siens. « Nous avons trop couru après le score et nous n’avons ainsi pas récupéré aux 2e et 4e sets. De plus, j’estime que nous avons eu un relâchement à l’issue de la demi-finale. Nous n’avons pas présenté le même visage que lors de notre duel face à l’équipe de Camp Ithier. » Malgré ce revers, l’entraîneur du QBVC tire des motifs de satisfaction. « Les joueurs se sont bien battus et nous perdons sur le fil. Néanmoins, nous réalisons une très belle saison, avec le retour au bercail de nos anciens joueurs. Preuve que notre équipe demeure une belle famille et que la solidarité doit toujours primer. »
Au sein de cette équipe, Éric Louise s’est distingué avec les trophées de meilleur défenseur/réceptionneur et meilleur libero. « C’est une mince consolation, car nous voulions aller au bout. Aujourd’hui, nous ressentons une énorme déception car nous nous étions beaucoup invesits depuis le début de la saison. »
Du côté de Beau-Vallon, le mérite revient à des joueurs qui y ont cru jusqu’au bout. D’ailleurs, lors du tie-break, ils étaient déjà aux commandes au changement de côté (7-8), après avoir concédé les quatre premiers points. « Nous sommes revenus de loin. Avec le soutien et les consignes de notre entraîneur, nous n’avons jamais lâche prise », avançait Ian Furneau, un des fers de lance de Beau-Vallon.
Il est intéressant de noter par ailleurs la folle remontée du Faucon Flacq Camp Ithier VBC. Menés 0-2 par le TGV, les joueurs de l’Est devaient renverser la vapeur pour se retrouver sur le podium, tout comme lors des trois précédentes éditions.