Le Quatre Bornes VBC et le Curepipe Starlight continuent leur collection de trophées en ce début de saison 2014. Après le triomphe dans le Charity Shield en février dernier, ces deux formations ont cette fois décroché la palme lors des finales de la Coupe de l’Indépendance en volley-ball, dimanche dernier au gymnase Pandit-Sahadeo à Vacoas. Les Quatre-Bornais ont de surcroît maintenu leur hégémonie dans cette compétition en prenant la mesure du même adversaire que la saison dernière, à savoir le Faucon Flacq Camp Ithier VBC, sur le score de 25-18, 25-20, 19-25 et 29-27. De leur côté, les volleyeuses du CSSC ont réalisé une remontée spectaculaire pour s’imposer au tie-break face à Azur SC (27-29, 19-25, 25-14, 25-20 et 16-14).
Le Curepipe Starlight tient sa revanche après son échec en finale face aux Azuréennes lors de la dernière édition. Pourtant, tout semblait sourire à ces dernières qui avaient d’emblée haussé les enchères. Malgré l’absence de la passeuse Caroline Lepoigneur, blessée et remplacée par Jannique Louis, Azur SC, menant 15-10 au set initial, résistera à la remontée adverse à 23-23 pour s’imposer de deux points. Cette formation remportera ensuite la deuxième manche de bout en bout et semblait alors avoir fait le plus difficile. Mais voilà, le Curepipe Starlight était loin d’avoir dit son dernier mot et lançait dans le bain Valentine Paul, qui s’avérait au bout du compte un joker de luxe. Aux côtés de joueuses plus expérimentées telles que Maïta Cousin, Prisca Seerungen, Heidy Bauda, Vanessa Chellumben et Angélique Ramdoss, cette joueuse se signalait aux services et l’équipe de la ville lumière alignait huit points sans réplique de 17-14 à 25-14.
Le combat semblait avoir changé d’âme, même si Azur SC s’accrochait jusqu’à 9-11 au quatrième set. Certes, Nathalie Létendrie et ses camarades, bien que menées de deux points (6-8) au changement de côté lors du tie-break, ne lâchaient pas prise et prenaient même les commandes à 12-10. Elles obtenaient également une balle de match à 14-13, mais le CSSC renversait au bout du compte la tendance en réalisant trois points consécutifs. Un beau cadeau d’anniversaire finalement pour Prisca Seerungen.
« Le troisième set s’est avéré décisif. L’équipe s’est montrée soudée et les joueuses se sont battues jusqu’au bout », se réjouit l’entraîneur Deepak Sowaruth, qui a désormais braqué son objectif sur une nouvelle consécration dans le championnat. Cette même confiance habite son homologue Guito Lepoigneur, malgré ce revers. « Les joueuses sont en pleine préparation physique actuellement et manquent de compétition. Donc, nous n’avons pas à rougir de cette défaite. Je demeure persuadé que le CSSC sera prenable cette saison, surtout que mes joueuses retrouveront la forme, avec également une meilleure préparation tactique et technique ».
Du côté masculin, le Quatre Bornes VBC, avec un Kevin Larose flamboyant, a dominé sans coup férir les deux premières manches. Et ce, même si la formation de Camp Ithier s’était accrochée jusqu’à 12-12 au premier set et à 11-11 lors du deuxième. « Nous avons pratiqué un volley de très bonne facture lors de ces deux sets. Nous n’avons pu maintenir ce même rythme au troisième », reconnaissait l’entraîneur Lindsay Wilson. Effectivement, l’équipe de l’est, forte de l’expérience de sa nouvelle recrue, le Seychellois Guy Valentin, retrouvait ses automatismes pour prendre le large à 18-14 et faire la différence de six points. Allait-on assister au scénario de la finale féminine ?
Le duel sera effectivement haletant dans cette quatrième manche, avec deux blocs qui se livraient à fond. Tant et si bien que le score sera de parité jusqu’à 20-20, avant que Camp Ithier ne prenne un léger ascendant à 23-21 et n’obtienne une première balle de set. Ashwin Ramkalawon et ses camarades ne pouvaient alors concrétiser cette occasion et leur adversaire faisait finalement la différence sur la troisième balle de match avec un smash rageur de Larose.
« Nous voulons maintenant remporter tous les trophées cette saison et nous illustrer à la Coupe des clubs champions de la zone 7 », avançait Lindsay Wilson. Quant à Dharmendra Gundowry, il disait sa confiance en des lendemains meilleurs. « Aujourd’hui, nous avons joué avec beaucoup de coeur et de détermination. Nous en sommes encore à la préparation générale et il existe du travail à effectuer au niveau des réceptions. Nul doute que nous jouerons notre va-tout dans le championnat ».
Un championnat qui devrait débuter la semaine prochaine.