En disposant des Tranquebar Black Rangers, le Curepipe Starlight SC a pris une sérieuse option dans les play-offs de volley-ball féminin. Lors de ce duel entre deux équipes encore invaincues, samedi dernier au gymnase Pandit-Sahadeo à Vacoas, l’équipe de la ville lumière a fait la différence en quatre sets (25-9, 25-19, 15-25 et 25-12) en 81 minutes. Elle a ainsi enregistré sa quatrième victoire en autant de sorties. Toutefois, les Tranquebar Black Rangers se sont rachetées hier après-midi en venant à bout des Malherbes Wanderers (25-10, 25-21 et 25-13), tandis qu’Azur SC a retrouvé le goût de la victoire en disposant du Qautre Bornes VBC également en trois sets (25-22, 25-15 et 25-13).
Vice-champion la saison dernière, le CSSC veut désormais mettre la barre encore plus haute et faire preuve de détermination afin de relever d’autres défis. « Il y avait une belle ambiance malgré la fatigue et les épreuves. Nous sommes restées positives, car l’essentiel était de gagner », fait ressortir Maïta Cousin, la capitaine du groupe.
Cette dernière ne veut pas tomber dans l’euphorie, car un nouveau duel est proposé ce soir face au Quatre Bornes VBC. « On reste humbles dans la victoire et dignes dans la défaite. Il faut toujours travailler pour gagner », cite-elle. Maïta Cousin était d’ailleurs alignée dans le six initial aux côtés d’Angélique Ramdoss, Vanessa Chellumben, Heydi Bauda, Felicia Julie et Valentine Paul, tandis que Prisca Seerungen était pour la première fois titularisée en tant que libero.
Par contre, la déception était présente au sein de la formation de Tranquebar. « Elles ont pris un mauvais départ et évoluer le samedi n’est pas idéal pour nous, du fait que certaines de nos meilleurs éléments ne peuvent être présentes en raison de leurs obligations professionnelles », explique l’entraîneur José Bistoquet.
Toutefois le groupe ne compte pas baisser les bras, comme en témoigne sa victoire acquise hier après-midi. Il faut aussi tomber quelques fois pour connaître son aptitude à se relever : telle est la devise des Rangers « Nous restons confiants, car tout n’est pas perdu. Nous aurons à travailler nos points faibles et ensuite revenir encore plus solides », affirme un José Bistoiquet conscient du problème de passeuse au sein de son équipe.
Joanna Perrine, Martine Bistoquet, Tiffany Nursimloo, Priscilla Kelly, Elizabeth Mohungoo et Meliza Momus, et Dedans Wincy comme libero, ont vite été submergées lors du premier set, concédé sur le lourd score de 9-25. Elles ont essayé de mieux s’accrocher dans la manche suivante en étant à égalité jusqu’à 11-11. Par la suite, Curepipe devait de nouveau prendre ses distances pour s’imposer avec six points d’avance.
Dos au mur, la formation de Tranquebar reprenait enfin du poil de la bête en menant cette fois 12-6. Une avance qu’elle gérait jusqu’au bout. Elle tentait alors de forcer le tie-break, mais l’avance prise à 6-3 allait vite fondre. À partir de là, le Curepipe Starlight reprenait le contrôle de la situation en alignant sept points sans réplique pour se détacher inexorablement. À l’arrivée, un nouveau score éloquent de 25-12, qui place la formation curepipienne en position favorable dans la course à la consécration.
Reste que les challengers ne comptent pas lâcher prise aussi facilement. Azur SC, après deux défaites consécutives, a réagi positivement lors de son duel face au Quatre Bornes VBC, tandis que les Tranquebar Black Rangers se sont avérées trop fortes pour les Malherbes Wanderers.