Le Curepipe Starlight a finalement conquis son premier titre dans le championnat féminin de volley-ball. La persévérance et l’expérience ont finalement payé pour cette formation qui s’était contentée d’accessits jusqu’ici. Certes, le débat décisif n’a pas été de tout repos face aux Tranquebar Black Rangers samedi dernier au gymnase Pandit-Sahadeo à Vacoas. Il aura finalement fallu 104 minutes pour que les Curepipiennes fassent la différence sur le score de 25-27, 25-15, 25-23 et 29-27.
Les deux forces en présence abordaient le débat sur le même pied d’égalité, soit avec une défaite chacune. Reste que le Curepipe Starlight, qui avait disposé de son adversaire du jour en quatre sets lors de la manche aller, partait avec un avantage psychologique et aurait pu forcer la décision en sa faveur en trois sets. Tout semblait en sa faveur lors de la manche initiale, avec une avance qui paraissait décisive à 24-20.
Toutefois, la formation de Tranquebar, avec dans ses rangs Martine Bistoquet, Tiffany Nursimloo, Elizabeth Mohungoo, Joanne Perrine, Meliza Momus et Jenna Rima, et Wincy Dedans comme libero, réussissait le tour de force d’égaliser à 24-24 pour ensuite renverser la vapeur. Mais l’équipe de la capitale était incapable de maintenir cette lancée.
La réaction de son adversaire était foudroyante. Maïta Cousin, Chow Fee Cheung, Angélique Ramdoss, Felicia Julie, Vanessa Chellumben et Heidy Bauda, et la libero Prisca Seerungen survolaient la deuxième manche, après avoir été accrochées jusqu’à 8-8. Tout était donc relancé et la troisième manche était indécise jusqu’au bout. À 23-23, le Curepipe Starlight se montrait plus réaliste pour aligner les deux points décisifs. Les Tranquebar Black Rangers étaient alors dos au mur et avaient alors des difficultés à contenir les assauts adverses. À 17-7 au quatrième set, la messe semblait dite.
Toutefois, cette formation, avide de retrouver son titre perdu la saison dernière, jetait ses dernières forces dans la bataille et grignotait point par point pour rétablir l’équilibre à 21-21. Continuant sur cette lancée, elle prenait l’avantage à 24-23 et pouvait alors forcer le tie-break. Cependant, Maïta Cousin et ses coéquipières remettaient les pendules à l’heure, et dans un final indécis jusqu’au bout, parvenaient à concrétiser sur leur troisième balle de match.
« Nous avons su mieux gérer la pression, car nous étions physiquement supérieures. Les joueuses ont su faire preuve de confiance et de détermination », soulignait une Prisca Seerungen aux anges. Selon elle, l’objectif visé depuis le début de cette saison a été atteint. « Le travail d’équipe a porté ses fruits et nous avons également prouvé que les anciennes ont également un rôle important à jouer lors des matches cruciaux. Aujourd’hui, je tiens à remercier Daniel Lam-Hing et Dominique Seeyave pour leur apport, mon époux Patrick qui a agi comme préparateur physique et Maïta Cousin qui a effectué un brillant retour à la compétition. »
Le titre en poche et avec une dernière sortie demain face au Quatre Bornes VBC, le Curepipe Starlight s’attaquera maintenant à un autre gros morceau, à savoir la Coupe des clubs champions de la zone 7. « Nous nous accorderons un peu de repos et nous aborderons sans réelle pression cette compétition. Pour nos plus jeunes éléments, ce sera une nouvelle expérience », poursuit Prisca Seerungen.
Du côté de la formation de Tranquebar, on n’affiche pas une réelle déception si on tient en considération les propos de l’entraîneur José Bistoquet. « Nous avons livré un match héroïque, mais l’absence d’une véritable passeuse a été à notre détriment. Quoi qu’il en soit, notre objectif était de reconstruire l’équipe et notre deuxième place prouve que nous avons relevé ce défi. Maintenant, il nous faudra nous concentrer sur la Coupe des clubs champions de la zone 7 et nous essaierons de créer la surprise. »
Les Tranquebar Black Rangers livreront leur dernière sortie dans le cadre des play-offs ce soir face aux Malherbes Wanderers.