Alors qu’il prendra officiellement sa fonction de directeur technique national (DTN) de volley-ball fin avril, Fabrice Chalendar a présenté les principaux axes de son travail samedi. C’était au cours d’un point de presse tenu samedi à Vacoas. Avec à ses côtés les membres de l’Association mauricienne de volley-ball, l’ancien entraîneur de l’ASUL Lyon (France) s’est appesanti sur le fait qu’un travail d’équipe pourra apporter les résultats escomptés.
Du haut de ses 45 ans, Fabrice Chalendar, dont le nom a été proposé par l’instructeur international André Glaive, se dit prêt à relever le défi. « L’objectif à court terme demeure l’obtention de la médaille d’or aux prochains Jeux des îles. À moyen terme, nous voulons mettre les fondations pour une base solide afin de mener vers le haut niveau tout en alimentant un réservoir qui permettra d’être performants ». Conscient qu’un énorme travail aura à être accompli, le nouveau DTN soutient qu’il aura besoin du soutien de tous afin d’être à la hauteur des attentes. « Je ne suis pas un magicien. Il faudra travailler en osmose pour atteindre nos objectifs ».
Afin d’assurer la relève, Fabrice Chalendar préconise également un travail de détection, notamment au niveau des écoles, et une remise en place des différents Pôles. Des championnats par catégorie d’âge devront également être organisés afin de pouvoir instituer différentes sélections. « Il faudra un volume de travail en qualité et en quantité. Nous devrons travailler sur la durée, avec des projets cohérents », a-t-il ajouté. Et ce, tout en ne négligeant pas le développement du beach volley et la formation de cadres.
Concernant la remise en place des Pôles Espoirs et Pôles Jeunes, il est à noter que le Trust Fund for Excellence in Sports (TFES), par l’entremise de son Chief Eexecutive, Michael Glover, a promis d’apporter son aide et d’accorder des facilités au niveau de la formation, tout en prenant en charge les sélections nationales. De ce fait, le volley-ball sera le premier sport collectif à bénéficier de telles facilités.
À une question du Mauricien concernant le fait que des joueurs mauriciens puissent évoluer en France, Fabrice Chalendar a fait ressortir que cette possibilité peut se concrétiser. « De par mes contacts en France, il est possible qu’un ou deux joueurs intègrent un groupe pro. Il s’agira d’identifier ces éléments et nous récolterons des investissements en retour ».
Il est à noter qu’à son retour à Maurice, le DTN prendra en charge la sélection -19 ans qui participera à la deuxième édition des Jeux d’Afrique de la Jeunesse au Botswana en mai. Entre-temps, les séances d’entraînement se poursuivront avec le panel d’entraîneurs placé sous la supervision de Reza Itoola. Valeur actuelle, la présélection forte de 25 joueuses n’a pas été réduite.
Quant à Bharun Teeroovengadum, président de l’AMVB, il a souligné vouloir mettre toute sa confiance en Fabrice Chalendar. « Nous avons une vision, soit l’or aux Jeux des îles. Fabrice est prêt à relever le défi. Sa venue symbolise un rêve devenu réalité et il ne fait pas de doute que notre volley-ball progressera ».
La venue de Fabrice Chalendar vient ainsi consolider les relations entre le volley mauricien et celui de la France. Pour rappel, Christian Marty, Ralph Hippolyte, Joël Le Men, Jean-Michel Roche et André Glaive ont tous apporté leur expertise par le passé. Comme le faisait d’ailleurs remarquer le directeur technique, Fayzal Bundhun, des équipes françaises ont également livré des rencontres face à la sélection mauricienne, à l’image du Racing Club de France, Montpellier, Arago de Sète ou encore France Espoirs.