La relance du Centre national de formation de volley-ball (CNFVB) demeure une priorité. Bharun Teeroovengadum, président de l’Association mauricienne de volley-ball, réitère ces propos. Lui qui avait fait de la formation son cheval de bataille à l’entame de son premier mandat. Dans ce contexte, il a tenu une réunion de travail avec Sameer Diljore, Sports Coach au ministère de la Jeunesse et des Sports, et n’écarte également pas l’idée de donner un nouveau souffle au comité de gestion du CNFVB.
Ce seront les jeunes faisant actuellement partie des écoles de volley, ceux ayant émergé pour les prochains Jeux de l’Espoir (préliminaires en mars et phase finale en avril) de même que les jeunes des différents clubs et de la tranche d’âge 15-16 ans qui seront sollicités pour intégrer le CNFVB. « Cela reste un devoir de relancer le CNFVB, car nous remarquons cette absence de relève. Cette relance devra être effectuée dans les plus brefs délais, car il nous faudra investir dans la formation », confie Bharun Teeroovengadum.
Ce dernier comptera sur Sameer Diljore, de même que Nizam Peerbaccus, autre Sport Coach au MJS, et d’autres entraîneurs pour mener à bien cette tâche. Il évoque également une collaboration avec le ministère de l’Éducation pour un travail de détection au niveau des institutions secondaires, tout en insistant pour la venue d’un directeur technique national.
Pour rappel, le CNFVB avait fermé ses portes dans un premier temps en 2005. Pourtant, cette instance avait fait ses preuves, si on tient en considération qu’avec l’ancien DTN Christian Marty la sélection féminine avait décroché le titre aux championnats d’Afrique juniors en Égypte. Une tentative de relance avait été effectuée trois ans plus tard et un comité de gestion placé sous la présidence de François de Grivel avait été institué. Quant aux dix écoles de volley, elles ont bénéficié depuis l’année dernière d’une meilleure approche, avec notamment un suivi régulier avec les entraîneurs.