Bharun Teeroovengadum hausse carrément les enchères. À bientôt un an de la tenue de la 9e édition des Jeux des îles, le président de l’Association mauricienne de volley-ball (AMVB) place la barre à très bonne hauteur avec ce désir d’obtenir la médaille d’or. C’était au cours d’une réunion avec les présélectionnés, hier soir à Vacoas. Cette réunion a également été marquée par la signature des contrats des entraîneurs nationaux, Melchior Miniopoo (masculin) et Lindsay Wilson (féminin), alors qu’il a été annoncé que les séances d’entraînement débuteront lundi prochain au gymnase Pandit-Sahadeo à Vacoas.
Après les revers subis lors des deux précédentes éditions des JIOI, il semblerait que l’AMVB ne veut pas que ces tristes épisodes se répètent, d’où cette volonté de prendre le taureau par les cornes. « Nous sommes engagés maintenant dans un road to gold. L’obtention de la médaille d’or demeure l’affaire de tous et il faut que tous les stakeholders jouent le jeu. C’est bien de rêver, mais pas en se croisant les bras. Il faudra consentir à beaucoup de sacrifices afin d’atteindre le but fixé », a insisté Bharun Teeroovengadum, entouré des membres de son comité directeur, des entraîneurs nationaux et des représentants du corps médical et arbitral.
Afin d’atteindre cet objectif, le président de l’AMVB a émis certaines conditions. C’est ainsi que les deux présélections, qui bénéficieront du soutien des membres de l’AMVB, seront connues comme les Mauvolley Teams et que les joueurs devront posséder un sentiment d’appartenance aux présélections, et non pas à leurs clubs respectifs. Les entraîneurs nationaux bénéficieront d’une dérogation jusqu’au terme des play-offs afin de pouvoir entraîner leurs clubs et devront être par la suite entièrement liés aux présélections.
Quant aux présélectionnés, ils devront effectuer des tests médicaux et de condition physique, et des rapports individuels seront soumis sur chaque joueur qui devra également observer un code de conduite. Reste que dans un premier temps, les présélectionnés ne bénéficieront pas de collation à l’issue des séances d’entraînement. Sur ce dernier point, Bharun Teeroovengadum a déploré l’absence d’aide du ministère de la Jeunesse et des Sports. « Nous travaillerons avec les moyens du bord, mais je regrette l’absence des représentants du MJS à cette réunion », a-t-il d’ailleurs souligné.
DTN : pas un objectif prioritaire
Les séances d’entraînement se dérouleront donc dans un premier temps les lundis et mercredis, soit de 18h à 20h pour la présélection féminine et de 20h à 22h pour la présélection masculine. Un horaire qui n’a pas fait l’unanimité chez les joueurs, qui ont ainsi avancé l’idée que les séances d’entraînement se déroulent simultanément pour les deux présélections, afin qu’ils ne regagnent pas leur domicile à une heure beaucoup trop tardive.
Une proposition qui n’a pas été prise en considération, du fait qu’il a été déclaré que les jours et heures d’entraînement avaient déjà été discutés avec les représentants des équipes lors d’une précédente réunion et que priorité devra être donnée à la sélection et non aux clubs concernant les séances d’entraînement. Il a aussi été mentionné que les calendriers 2014-15 ont été établis avec la collaboration de Fabrice Chalendar.
Si le président de l’AMVB avait fait mention en début d’année que la priorité demeurait l’embauche d’un directeur technique national (DTN), il a depuis changé d’avis, avec l’échec des négociations avec Olivier Lardier et Fabrice Chalendar. À une question du Mauricien, il a déclaré : « La venue d’un DTN n’est pas un objectif prioritaire, même si la piste n’est pas encore abandonnée. Notre priorité demeure l’obtention de la médaille d’or. Si le besoin se fait sentir, nous ferons appel à un DTN à mi-temps. »
Toutefois, contrairement au contrat proposé à Fabrice Chalendar dont une clause stipulait que l’obtention de l’or était une nécessité, cela n’est pas le cas dans le contrat qu’ont signé Melchior Miniopoo et Lindsay Wilson. Qui plus est, Bharun Teeroovengadum a confirmé que les assistants-entraîneurs nationaux ne seront pas sollicités dans l’immédiat. Ce qui ne sera pas une mince affaire pour les entraîneurs nationaux qui auront ainsi à travailler avec un nombre conséquent de joueurs.
Reste que ces derniers comptent s’atteler à leur tâche avec dévotion. « Je m’attends à travailler avec une équipe soudée et qui gardera son homogénéité. J’ai confiance en mes joueurs et nous allons vers la victoire », a indiqué Melchior Miniopoo. « Je remercie la fédération pour la confiance placée en moi et nous y allons vraiment pour l’or », a souligné de son côté Lindsay Wilson.