Lauréats des championnats nationaux de première division la saison dernière, le Quatre Bornes VBC et le Curepipe Starlight ont d’emblée annoncé la couleur dans le cadre de cette nouvelle saison de volley-ball. Au cours du Charity Shield disputé samedi dernier au gymnase Pandit-Sahadeo à Vacoas, ces deux formations ont évolué quelques crans au-dessus pour faire la différence en trois sets. Les Quatre-Bornais disposant du Faucon Flacq Camp Ithier VBC sur le score de 25-20, 25-22 et 25-16, et les volleyeuses du CSSC prenant la mesure des Tranquebar Black Rangers sur la marque de 25-19, 25-18 et 25-12.
Malgré l’absence de Nicolas Dupouy (blessé) et le départ de Jonathan Joseph pour les Trou-aux-Biches Sharks, le Quatre Bornes VBC a prouvé qu’il sera de nouveau un sacré client aux lauriers cette saison. Certes, l’équipe de l’Est, suite au départ d’Olivier Alfred, Hansley Uppiah et Deepak Mogaul, et l’absence du libero Hansley Casimir, tout en étant dans l’attente de la venue du Seychellois Guy Valentin, n’avait pas les arguments nécessaires pour contrecarrer ses intentions. Bradley Joseph effectuait de son côté son baptême du feu sous ses nouvelles couleurs mais n’arrivait pas réellement à trouver ses marques. Au bout du compte, les velléités offensives du Malgache Fabrice Hermann et de Sarvesh Ruggoo n’auront pas suffi.
C’est ainsi que le Quatre Bornes VBC a fait la course en tête quasiment tout au long de la rencontre. Menant 16-13 lors de la manche initiale, Evans Sauteur et ses coéquipiers se détachaient davantage à 23-19, avant de conclure à 25-20. Le Faucon Flacq Camp Ithier VBC aura tout de même une belle réaction au cours du set suivant en égalisant dans un premier temps à 10-10, avant de prendre un léger ascendant à 14-12, puis à 20-18. Toutefois, son adversaire nivelait le score à 20-20 avant de prendre ses distances. Quant à la troisième manche, elle fut à sens unique, avec des Quatre-Bornais qui prenaient rapidement une avance conséquente avant de terminer en roue libre.
Au cours de cette manche, les deux nouvelles recrues du QBVC, à savoir Harel Perrine et Ronnie Auguste, avaient été sollicités. « Nous sommes encore en rodage et nous n’avons pas encore trouvé notre rythme de croisière. Même si la victoire était attendue, nous ne nous attendions pas qu’elle soit aussi aisée. D’ailleurs, j’ai eu l’occasion de faire tourner le groupe », soulignait l’entraîneur Lindsay Wilson. Ce dernier demeure conscient que son équipe aura à se battre au cours du prochain championnat face à au moins quatre formations qui se sont singulièrement renforcées en vue de cette nouvelle saison.
Du côté féminin, le Curepipe Starlight, après avoir été accroché jusqu’au milieu de la première manche, a par la suite survolé son sujet. Les Tranquebar Black Rangers, désormais privés des services de Tiffany Nursimloo et des trois soeurs Kelly, ont complètement baissé de pied au cours du troisième set en concédant dix points consécutifs, de 15-12 à 25-12, avec Prisca Seerungen au service. Ses deux nouvelles recrues que sont Valérie Arlanda et Nikita Ramnauth semblent prendre du temps pour s’adapter au groupe, mais il est fort à parier que l’équipe de la capitale offrira un tout autre visage lors de ses prochaines sorties. D’autant qu’elle retrouvera sur le banc son entraîneur José Bistoquet, actuellement en convalescence.
Quant au Curepipe Starlight, avec ses joueuses d »expérience et ses nouvelles recrues (Tiffany Nursimloo et Estelle Chan), il a prouvé avoir conservé ses bonnes sensations. De retour à la tête du groupe, Deepak Sowaruth s’attend ainsi à des lendemains encore meilleurs. « Certes, les joueuses n’ont pas encore retrouvé la grande forme. Il n’empêche qu’elles ont réalisé une bonne prestation. Il faudra maintenant hausser le niveau afin de conserver notre titre et faire bonne figure lors de la Coupe des clubs champions de la zone 7 ».