L’équipe masculine de volley-ball des Seychelles reçue cinq sur cinq. Après avoir pris la mesure des équipes de clubs, à savoir Curepipe Starlight, Port Louis Red Star, Faucon Flacq Camp Ithier VBC et Quatre Bornes VBC, les visiteurs ont cette fois repoussé le challenge de la présélection nationale. Une victoire acquise en quatre sets (13-25, 28-26, 25-20 et 25-15), hier soir au gymnase Pandit-Sahadeo à Vacoas. Ils tenteront maintenant de boucler leur tournée sur une note positive en affrontant de nouveau la présélection nationale demain soir à Vacoas.
En marge de sa participation au tournoi qualificatif continental dans le cadre des championnats du monde, la sélection seycehelloise continue donc d’engranger un certain capital confiance. Certes, avec les rencontres disputées à un rythme accéléré, la bande à François Ally paraît émoussée. D’ailleurs, elle a connu un début de rencontre des plus laborieux en étant malmenée de bout en bout par une équipe mauricienne au sein de laquelle Gilbert Alfred, Olivier Alfred, Jonathan Joseph, Brandon Tanner, Akash Doobraz et Stéphane Moonisamy étaient inclus dans le six initial.
Une différence de douze points à l’arrivée, avec un score qui a évolué de 10-2 à 20-6, laissait entrevoir de belles perspectives pour la bande à Melchior Miniopoo. Toutefois, avec rien que deux séances d’entraînement depuis le début de cette année, il était évident qu’elle aurait des difficultés à tenir le coup physiquement. Cela se vérifiait lors de la deuxième manche, quand la présélection était incapable de convertir trois balles de set. Les Seychellois égalisaient ainsi à 24-24 et forçaient la décision en leur faveur à 28-26. A partir de là, Ian Furneau, Guy Valentin, Guily Bijoux, Ricky Vel, Jones Mangroo et Jerry Lozaique prenaient le match à leur compte et remportaient en toute logique les deux autres sets. Du côté mauricien, Cedric Apollon, Ashwin Ramkhelawon, Evans Sauteur, Allan Esther et Didier Perrine avaient été sollicités en cours de match, tandis que le rôle de libero avait été confié à Eric Louise.
Vu le manque de préparation, Melchior Miniopoo soutenait qu’il lui était difficile de s’attendre à mieux de ses joueurs. «Je ne peux me plaindre, car il demeure évident que nous ne sommes pas encore prêts à tous les niveaux. Nous avons beaucoup de travail à effectuer, et il est dommage que les joueurs ne sont pas restés en repos actif au cours de ces dernières semaines.  En somme, j’ai fait tourner le groupe afin de constater où chaque joueur se situe». Pour la rencontre de demain soir, l’entraîneur national fera confiance au même effectif, avant de faire appel à cinq autres joueurs dans le cadre des prochaines séances d’entraînement.