Décidément rien ne va plus entre le président du Club Trotters Naz Teeroovengadum et l’Association Mauricienne de Volley-Ball (AMVB).  Le membre démissionnaire de l’AMVB a, lors d’une deuxième conférence de presse lundi dernier au Centre Social Marie Reine de la Paix, continué à pointer du doigt une fédération qui ne cesse de faire parler d’elle, et ce, dans le mauvais sens du terme.
Naz Teeroovengadum est revenu sur les irrégularités de l’AMVB, qui selon ses dires, n’a pas de quorum. «Il n’y a que sept membres actifs au sein de la fédération. Donc, il ne peut y avoir de quorum. Ce n’est pas normal. Ce n’est pas le nombre légal», a-t-il souligné. En effet, Naz Teeroovengadum est revenu sur la démission des membres de l’AMVB. «Le premier à prendre la poudre d’escampette est Akash Autar, suivi de Rajen Soupramanien. Hassam Lallmohamed, qui agissait comme assistant secretary,ne se présente plus à ses fonctions depuis 2008 et son club a perdu son affiliation. Noor Summum et son club n’ont pas non plus d’affiliation depuis 2010. Mme Roussety n’est quant à elle plus membre de l’équipe de Tranquebar Black Rangers», a-t-il indiqué. Le président du Club Trotters s’est aussi appesanti sur le cas des trois clubs qui n’ont pas pris part à leurs rencontres de la Coupe de la République, à savoir l’Association Sportive Jeunesse Chebel, Pont-Blanc VBC et Buswell VBC. «L’équipe de Chebel a refusé de jouer et pourtant, ils avaient les joueurs. Quant aux formations de Buswell et de Pont-Blanc VBC, elles ne se sont carrément pas présentés. Ce que je ne comprends pas, c’est que la fédération a fait savoir à ces trois équipes qu’elles devront se présenter devant un comité disciplinaire sans même préciser le jour. Cela signifie donc que ces clubs peuvent prendre part à différentes compétitions ? Je ne comprends pas. C’est quelque chose d’aberrant», a fait ressortir Naz Teeroovengadum. Ce dernier est revenu également sur le championnat qui se disputera selon la formule play-off/play-down. «C’est du jamais vu. Je ne comprends pas cette formule. Je voudrais savoir qui a pris la décision d’appliquer cette formule et quand cela a eu lieu?», s’est-il interrogé?L’arbitrage en prend également pour son grade. Valeur du jour, il y a uniquement trois arbitres au sein de l’AMVB; à savoir, Daniel Virginie, Rohit Cauleechurn et Ivan Rivet. Naz Teeroovengadum soutient que les membres ne savent plus ce qu’ils votent à l’assemblée. «J’ai l’impression que les clubs sont indifférents à ce qui arrive au volley-ball. Ce n’est pas possible. Et s’ils ont le malheur d’élever la voix, ils risquent bien évidemment de se retrouver dans les mauvais papiers de l’AMVB. C’est de la dictature pure et simple», a souligné l’ancien membre du comité directeur de l’AMVB. Le président de Trotters a tenu aussi à parler du cas du beach-volley. Ce dernier continue à défendre bec et ongles le fait que le statut de coach n’existe pas dans cette discipline. C’est surtout dû à la nomination de Marjorie Nadal comme Coach of the Year au MSC Award en début d’année. «L’AMVB ainsi que le Mauritius Sports Council ne peuvent pas expliquer cette nomination. Alors comment se fait-il que Marjorie Nadal ait pu être nominée dans cette liste ?», a conclu Naz Teeroovengadum. Force est de constater que la guerre entre le président du Club Trotters et l’AMVB est loin d’être terminée.