Au cours de l’Assemblée Générale annuelle de l’Association mauricienne de volley-ball (AMVB) prévue lundi prochain, Naz Teeroovengadum présentera une motion pour la dissolution du comité directeur de cet organisme et l’institution d’un caretaker committee. Et ce, en vue d’une AG élective dont il a souhaité la tenue avant fin janvier de l’année prochaine. Le représentant du Club Sportif Trotters de Quatre Bornes, qui a démissionné en tant membre du comité directeur de l’AMVB et du Centre National de Formation en octobre dernier, a exprimé ce voeu au cours d’une conférence de presse en solo tenue hier en fin de matinée à Port Louis.    
Tout en se montrant très critique envers l’actuel comité et en insistant sur le fait qu’il assume tous ses propos, Naz Teeroovengadum s’est exprimé sur la possibilité qu’il brigue la présidence de l’AMVB.
«Je n’ai aucun agenda caché. Valeur actuelle, la présidence ne m’intéresse pas. Toutefois, si le devoir m’appelle, je ne compte pas abdiquer devant mes responsabilités, car il y a actuellement urgence». C’est à ce titre qu’il a lancé un appel aux représentants des clubs afin qu’ils se présentent en grand nombre à l’Assemblée Générale annuelle et y présentent des motions. «Ces représentants doivent sortir de leur indifférence et ne doivent plus craindre de sanctions, car l’AMVB n’appartient pas à un groupe de personnes. Il faut cesser de penser en termes de groupes, car la fédération a besoin de gens compétents. Ceux qui brigueront la présidence devront venir expliquer le pourquoi de leur décision».
Naz Teeroovengadum a expliqué cette démarche en cette fin de saison, afin de ne pas gêner l’organisation des différents championnats. Toutefois, il s’est offusqué contre le fait que rien que cinq compétitions se sont tenues cette saison. «Rien que cela pour une fédération qui se dit responsable. Il semble que les déplacements à l’étranger des dirigeants ont été bien plus nombreux que le nombre de compétitions», a-t-il lâché ironiquement. Il s’est demandé comment une fédération peut fonctionner convenablement, alors que certains membres n’assistent plus aux réunions depuis plusieurs mois déjà, alors que d’autres sont quasiment inexistants. Il a alors fait ressortir que toutes les décisions prises lors d’un atelier de travail tenu en début d’année n’ont pas été respectées. «Il avait été question par exemple que les championnats nationaux débutent en mars et qu’un tournoi pour les non-présélectionnés allait se tenir. Or, tel n’a pas été le cas».
Prédiction
De ce fait, Naz Teeroovengadum soutient que les joueurs ont manqué de compétition dans le cadre de leur préparation pour les Jeux des îles et la Coupe des clubs champions de la zone 7. «Depuis des mois, j’avais prédit que nous n’obtiendrons pas de médaille aux JIOI. La fédération est fautive dans le sens qu’elle n’a accordé les compétitions nécessaires aux équipes. De plus, aucun esprit d’équipe n’existait entre les stakeholders, alors que je trouve désolant le fait que les entraîneurs nationaux n’avaient pas le droit de s’exprimer avec la presse».
Concernant l’organisation des championnats nationaux, l’ancien membre de l’AMVB estime que la table berger authentique n’a pas utilisée, mais plutôt celle de la Ligue Poitou Charente. Avec pour conséquence que les championnats ont été faussés, que certaines équipes ont joué à des jours spécifiques et qu’Azur SC aurait  bien pu remporter le championnat féminin après rien qu’une semaine de compétition. Dans cet ordre d’idées, il a fait état d’erreurs survenus dans les résultats finaux du championnat masculin D1. Le nombre insuffisant d’arbitres et l’absence des commissaires de matches ont également été déplorés. Naz Teeroovengadum s’est aussi élevé contre la non-livraison des licences lors des différentes rencontres. «C’est une situation que je dénonce depuis 2007, car il n’est pas possible que les joueurs évoluent sans licences, du fait que cela constitue un moyen de contrôle. Cela ouvre d’ailleurs la porte à tous les abus. Cette saison, les licences n’ont servi rien que pour les premières rencontres».
Par ailleurs, tout en soutenant que le Centre National de Formation ne peut exister indépendamment de l’AMVB, Naz Teeroovengadum a avoué que ce dernier organisme avait tout entrepris pour saboter son projet d’organiser une compétition interécoles de volley. «Cela a été une des raisons de ma démission. Au cours de ce mois de décembre, des activités auraient du se tenir pour les jeunes, mais rien n’a été organisé». Tout en estimant que les élections au niveau de l’AMVB auraient du se tenir avant ceux de la Confédération africaine, il estime que son frère Kaysee n’aurait pas du accorder son support au Sud-Africain Sandrasagren Tubby Reddy lors de l’AG élective de la CAVB. «Les deux ont été nettement battus, et il reste à savoir quelles seront les répercussions pour notre fédération. Je souhaite que Maurice ne soit pas pénalisée».