C’est un énorme sentiment de satisfaction qui anime l’entraîneur national au retour de la sélection féminine de volley-ball de la 21e édition de la Coupe d’Afrique des Nations.
Les volleyeuses mauriciennes n’ont pu arracher qu’un seul succès lors de leurs cinq sorties, soit face au Botswana, mais il n’en demeure pas moins qu’elles ont par moments tenu la dragée haute à des adversaires plus huppés. D’où la confiance de Lindsay Wilson de voir ses protégées sur le podium lors des prochains Jeux des îles.
Pour son retour sur l’échiquier international, la sélection féminine a donc obtenu la septième place. Néanmoins, l’entraîneur national demeure d’avis que son groupe n’a pas fait de la figuration. « Les joueuses ont évolué sans complexe et je peux avancer qu’elles ont progressé de sortie en sortie. Ces frottements face aux meilleures équipes du continent nous ont été bénéfiques et nous revenons du Kenya avec le sentiment d’avoir vécu une expérience enrichissante ».
Outre le succès aux dépens du Botswana lors du match de classement, il soutient avoir obtenu d’autres motifs de satisfaction, à savoir le fait d’avoir mené lors du troisième set face au Kenya et à l’Algérie, soit les deux finalistes de la compétition, et également celui d’avoir eu sous la main un groupe motivé et guidé par l’envie de bien faire.
Cette compétition aura également permis à toutes les joueuses d’évoluer. Il va de soi que certaines se sont révélées plus performantes, mais le fait demeure que des retouches devront être effectuées au cours de ce dernier mois de préparation.
« Il faudra maintenant peaufiner le travail avec le retour au sein du groupe de Valentine Paul et Wendy Gaspard, et l’apport du directeur technique national, Fabrice Chalendar. Il s’agira également de corriger nos faiblesses », souligne Lindsay Wilson.
Le seul souci demeure l’entorse subie par Alison Labour lors de la dernière rencontre. Quoi qu’il en soit, il fait montre d’optimisme en évoquant le rendez-vous à ne pas manquer, à savoir les Jeux des îles. « Vu la motivation qui anime le groupe, nous serons sur le podium. Une médaille est inévitable ».
En attendant une éventuelle participation à un tournoi international organisé par le Maroc en mars de l’année prochaine, l’entraîneur national estime que la taille a également fait la différence. « Nous avions face à nous des joueuses beaucoup plus grandes et athlétiques. Qui plus est, plusieurs évoluent comme pros dans des championnats européens ».
Au niveau global, il maintient que le Kenya n’a pas volé son succès, n’ayant concédé aucun set tout au long du tournoi. D’ailleurs, les Kenyanes, vainqueurs de cette compétition pour la neuvième fois, et les Algériennes ont décroché leur qualification pour la Coupe du Monde qui se déroulera au Japon du 22 août au 6 septembre.