Alors que le coup d’envoi des championnats nationaux de première division de volley-ball se fait toujours attendre, les membres du comité directeur de l’Association mauricienne de volley-ball continuent de s’entre-déchirer.
Cette fois, Naz Teeroovengadum, membre de cette instance, monte carrément au créneau et s’en prend à un comité qu’il qualifie volontiers de « farce » et exige des explications du secrétaire, Jean-Michel Dedans. De ce fait, la réunion prévue ce soir à Vacoas promet d’être mouvementée, comme cela avait été le cas mercredi dernier.
Pour Naz Teeroovengadum, la goutte d’eau qui a fait déborder le vase demeure le fait qu’il ait reçu un courrier électronique, à 9h hier matin, l’informant d’une « urgent management meeting » le lendemain. Or, l’agenda ne comprend qu’un item, à savoir la tenue des championnats nationaux. « Rien qu’un item, alors qu’il existe tant de sujets à être discutés. Je remarque qu’il n’existe plus de sérieux au sein de ce comité qui est devenu une farce », s’insurge-t-il.
Tant et si bien que Naz Teeroovengadum exigera de Jean-Michel Dedans que soient déposés les playing-strenghts de toutes les équipes participantes et les transferts approuvés depuis le début de cette année, les termes des arrangements effectués pour la levée de suspension de Guito Lepoigneur et également les rapports des entraîneurs nationaux au sujet des derniers Jeux des îles.
Il demandera également que ce soient produits les minutes of proceedings des différentes réunions depuis 2008 et que le calendrier du championnat masculin de première division soit de nouveau étudié. Et ce, après avoir remarqué que certaines équipes paraissent privilégiées quant à leurs jours de rencontres.
Naz Teeroovengadum demandera également qu’un briefing avec les différents entraîneurs soit organisé avant le coup d’envoi des championnats et s’élève contre l’absence d’un membre de la fédération à l’aéroport samedi dernier pour accueillir Natacha Rigobert et Élodie Li Yuk Lo, médaillées d’or en beach-volley aux derniers Jeux d’Afrique.
Quant au coup d’envoi, il demeure encore un épais mystère jusqu’ici. Cela fait la cinquième fois depuis le 7 septembre que le lever de rideau est reporté. « Nous nous retrouvons dans l’incertitude, alors que les joueurs sont démotivés devant ces multiples renvois », s’exclame un entraîneur.
En attendant le bon vouloir des dirigeants, les entraîneurs et joueurs devront se contenter de fredonner la chansonnette Le roi, la reine et le p’tit prince… Question de passer le temps.