Leader à l’issue de la phase qualificative en vue des play-offs de volley-ball masculin, les Trou aux Biches Sharks figuraient parmi les principaux postulants dans la course à la consécration. Mais voilà, après un départ prometteur face au Rivière du Rempart Star Knitwear VBC, les Nordistes semblent avoir perdu le nord, comme en témoignent les deux défaites concédées face au Curepipe Starlight et au Quatre Bornes VBC. De ce fait, ils joueront leur dernière carte face au Faucon Flacq Camp Ithier VBC ce soir (19h30) au gymnase Pandit-Sahadeo à Vacoas.
Les Trou aux Biches Sharks avaient de sérieux arguments pour jouer les premiers rôles. Au sein de cet effectif se trouvent des joueurs évoluant en présélection nationale, dont certains peuvent aspirer à figurer parmi le six initial. À l’aube de cette nouvelle saison, l’effectif s’était renforcée avec la venue de joueurs de calibre tels qu’Olivier Alfred, Akash Doobraz et Jonathan Joseph. Reste qu’au bout du compte, le scénario de la saison dernière s’est reproduit, avec une équipe étincelante lors de la phase qualificative et qui a bouclé les play-offs sur les genoux. L’explication était alors un effectif restreint sur la fin.
L’entraîneur Melchior Miniopoo arrive difficilement à comprendre le rendement de son groupe. « C’est difficile à comprendre. Les joueurs paraissent perdus sur le terrain. Nous essayons de situer les failles, mais j’estime que cela se joue dans la tête et qu’ils sont habités par cette envie de trop bien faire ».
Pourtant, Gilbert Alfred et ses camarades étaient ambitieux à l’amorce de la compétition, mais la réalité a été tout autre. « Cette saison, l’équipe était encore plus compétitive. Nous avons ainsi terminé à la première place à l’issue de la phase qualificative, mais la suite a été jusqu’ici catastrophique », reconnaît Melchior Miniopoo. Cependant, ce dernier ne veut pas déposer les armes. « Tout est encore jouable dans la course au titre, car trois à quatre équipes se valent ».
Toujours est-il que la partie ne s’annonce guère aisée ce soir face à un bloc de Camp Ithier intraitable depuis le début des play-offs. En lever de rideau se déroulera le duel Port Louis Red Star/Rivière du Rempart Star Knitwear VBC, soit deux formations à la recherche d’un premier succès. Quant au Curepipe Starlight, il tentera de maintenir sa belle série dimanche face à une équipe de Quatre Bornes VBC en plein redressement (16h30).
Du côté féminin, la compétition connaîtra un tournant important dimanche avec l’affrontement au sommet entre Azur SC et le Curepipe Starlight (13h30). Ces deux équipes ont évolué plusieurs crans au-dessus de leurs adversaires jusqu’ici et le vainqueur prendra une option certaine sur le titre. Invaincue depuis la phase qualificative, Azur SC aspire à maintenir cette lancée victorieuse.
« Cela devrait passer, car l’adversaire est à mon avis prenable. Qui plus est, nous évoluerons au complet », souligne Guito Lepoigneur, responsable du groupe. Ce dernier veut effacer le souvenir douloureux de la finale de la Coupe de la République quand, menant par deux sets, son équipe s’était fait battre au tie-break. Et d’ajouter : « Depuis, l’équipe s’est remotivée. Le meilleur scénario serait un succès en trois sets, mais toute autre victoire sera bonne à prendre. »
Du côté du Curepipe Starlight, l’entraîneur Deepak Sowaruth pourra compter sur un groupe qui allie expérience et fougue de la jeunesse. Le net succès aux dépens des Tranquebar Black Rangers vendredi dernier n’a fait que renforcer la confiance au sein de l’équipe. « Cette prestation nous permet d’avoir le moral au beau fixe au moment d’aborder cette rencontre cruciale. Les joueuses sont conscientes de l’enjeu et à mon avis, le titre pourrait bien se décider dimanche », fait ressortir Daniel Lam-Hing responsable de la section volley au sein du CSSC.
Quant aux Tranquebar Black Rangers et à l’Union Sportive Beau Bassin Rose-Hill, ils tenteront de se rebiffer lors de leur duel prévu à 15h.