La course vers la consécration dans le championnat masculin de première division de volley-ball sera lancée ce week-end. Avec les play-offs qui réuniront les quatre meilleures formations de la phase qualificative, le droit à l’erreur ne sera pas permis. Aujourd’hui (17 h 30) et demain (15 h 30), les Trou aux Biches Sharks et le Curepipe Starlight tenteront d’aborder la compétition dans les meilleures dispostions, tout en mettant tous les atouts de leur côté. Ce sera ensuite au tour du Faucon Flacq Camp Ithier VBC et du Quatre Bornes VBC d’être en action le week-end prochain.
Serait-ce enfin la saison de gloire des Trou aux Biches Sharks ? Abonnée aux accessits ces dernières saison, la formation nordiste a lancé un signal fort à ses adversaires en remportant ses sept sorties lors de la phase qualificative. Rien n’a résisté à Gilbert Alfred et ses coéquipiers qui avaient pourtant chuté en demi-finales de la Coupe de la République et s’étaient inclinés auparavant lors du Charity Shield. «Avec tous les joueurs à disposition et le retour de Stephane Moonisamy qui a stabilisé notre jeu, nous avons pu réussir un tel parcours. Les joueurs ont été à la hauteur de la situation», explique Dharmendra Gundowry qui pourra compter sur le retour de Bryan Perrine au sein de son effectif.
L’entraîneur des Trou aux Biches Sharks soutient toutefois qu’il n’est pas question de dormir sur ses lauriers. «Les compteurs ont été remis à zéro. C’est une autre histoire qui commence. Au cours des séances d’entraînement, il a fallu remotiver la troupe et travailler de nouveaux plans». Même si la confiance règne au sein du groupe, il n’en demeure pas moins que cette formation est devenue l’équipe à battre. «Nous ressentons certainement cette pression, car nous aurons en face des adversaires motivés. Quoiqu’il en soit, nous aborderons toutes nos sorties avec encore plus de sérieux, psychologiquement forts, tout en évoluant libérés, sans la peur au ventre», soutient Dharmendra Gundowry.
De son côté, le Curepipe Starlight a alterné le bon et le moins bon au cours de la phase qualificative. Après des débuts en fanfare, marqués par quatre succès en autant de sorties, l’équipe de la ville-lumière s’est incliné face au Faucon Flacq Camp Ithier et aux Trou aux Biches Sharks avant de retrouver le goût de la victoire aux dépens du Quatre Bornes VBC. «Nous avons réalisé un parcours satisfaisant, ayant affiché de bonnes dispositions.Toutefois, notre préparation a été axée sur les play-offs», avance l’entraîneur-joueur Guy Valentin. L’international seychellois pourra de nouveau compter sur un groupe comprenant des joueurs d’expérience, à l’instar des Gino Sophie, Allan Philippe, Sunil Mudhoo ou encore Brondon Tanner.
Reste que ces deux sorties face à un adversaire qui a roulé au super jusqu’ici ne s’annoncent guère de tout repos. A cela, Guy Valentin réplique. «Désormais, tout est devenu mathématique. Etant donné que le droit à l’erreur n’est pas permis et que toutes les forces en présence aborderont la compétition avec l’envie de gagner, il faudra prendre match après match». Le Curepipe Starlight, qui a toujours évolué dans l’ombre des champions jusqu’ici, réussira-t-il à trouver sa place au soleil cette saison ? L’entraîneur-joueur veut y croire. «Les séances d’entraînement se sont déroulées dans de bonnes conditions et les nouveaux éléments se sont graduellement adaptés. Donc, tout demeure possible».