La première séance d’entraînement des présélections nationales de volley-ball en vue des 9e Jeux des îles s’est tenue mercredi au gymnase Pandit-Sahdeo à Vacoas. Selon les entraîneurs nationaux, Melchior Miniopoo (masculin) et Lindsay Wilson (féminin), cette première séance s’est déroulée dans une bonne ambiance, même si quelques présélectionnés n’avaient pas répondu à l’appel pour des raisons professionnelles ou de maladie.
Cette première séance a été marquée par les doléances des présélectionnés au représentant de l’Association mauricienne de volley-ball (AMVB), Jean-Michel Dedans, le président de cette instance, Bharun Teeroovengadum, ayant été retenu dans le rassemblement du Club Maurice à Mare-Longue. Ces doléances portaient surtout sur les jours d’entraînement, soit le lundi et le mercredi, qui coïncident avec ceux des différents clubs. Il va de soi que les joueurs ont des responsabilités vis-à-vis de leurs clubs, surtout que les play-offs débuteront dans quelques semaines et que ces clubs ont des comptes à rendre à leurs commanditaires.
De plus, l’heure tardive des séances d’entraînement pour la présélection masculine, soit de 20h à 22h, a de nouveau été évoquée. D’autant que certains joueurs résident dans des régions éloignées et doivent reprendre le travail tôt le lendemain matin.
L’AMVB prendra-t-elle en considération ces doléances qui avaient d’ailleurs été avancées lors du rassemblement des deux présélections le 8 juillet dernier et qui avaient été balayées d’un revers de la main par Bharun Teeroovengadum ? On peut ainsi émettre des doutes car une demande du Curepipe Starlight afin que ces joueuses soient exemptées de cette première séance d’entraînement en raison d’une rencontre à disputer face au Buswell VBC hier soir n’a pas été approuvée par le président de l’AMVB.
Ce dernier a fait comprendre que tout présélectionné absent des séances d’entraînement sans raison valable ne sera pas autorisé à évoluer pour son club. « Il n’y aura aucun compromis sur ce point et des actions appropriées seront prises contre ceux concernés. Les joueurs et joueuses doivent être totalement impliqués aux sélections », est-il notamment stipulé.
Quoi qu’il en soit, cela a été une reprise en douceur pour ceux aspirant à défendre les couleurs du pays à l’île de La Réunion dans environ un an. « Cela a été un peu souple pour cette première. Nous atteindrons notre vitesse de croisière après les play-offs », souligne Melchior Miniopoo. De son côté, Lindsay Wilson fait montre de satisfaction. « L’ambiance est cordiale au sein du groupe et cela est un bon signe. Nous revoyons actuellement les bases lors de ces premières séances ».