Après six longues années, le Quatre Bornes VBC est revenu au sommet du volley-ball masculin. Lors du duel au sommet samedi dernier au gymnase Pandit-Sahadeo à Vacoas, l’équipe de la ville des fleurs a mis fin à une hégémonie de quatre années du Faucon Flacq Camp Ithier VBC. Cette passation des pouvoirs a été effectué à l’issue d’un duel long de 94 minutes et soldé sur le score de 18-25, 25-18, 25-18 et 25-22. La troisième place de ces play-offs est revenue au Port Louis Red Star, qui a terminé en force suite à ses succès aux dépens des Trou-aux-Biches Sharks et au Curepipe Starlight.
Vainqueur de la Coupe de la République, le Quatre Bornes VBC, déjà intronisé en 2001 et 2007, connaît sa saison de tous les bonheurs. Troisième à l’amorce des play-offs, cette formation a survolé cette compétition et tentera de réaliser le parcours parfait en affrontant le Curepipe Starlight ce soir. Ce troisième sacre possède une saveur particulière et personnelle pour Lindsay Wilson. « Je tiens à le dédier à mes détracteurs. Ceux qui pensent que je ne suis pas un entraîneur de calibre. Mais voilà, j’ai prouvé le contraire en conduisant mon équipe au titre, alors que notre équipe féminine a terminé à la quatrième place. » Il pense également à ses joueurs et au commanditaire Midas Car Rental. « Les joueurs ont travaillé et se sont sacrifiés pour atteindre cet objectif. Ils y croyaient vraiment. »
Fort de cette consécration, le Quatre Bornes VBC compte maintenant hausser les enchères en vue de la Coupe des clubs champions de la zone 7. « Nous avons déjà atteint la finale et terminé à la troisième place de cette compétition. Il nous manque donc la première place et nous nous battrons pour cela », affirme Lindsay Wilson.
Du côté du Faucon Flacq Camp Ithier VBC, on essaie de relativiser ce revers. « Certes, nous sommes déçus. Toutefois, il nous était difficile de faire mieux, avec l’absence de réceptionneurs-attaquants types. Nous avons donc peiné aux réceptions, mais nous nous sommes quand même bien battus », fait ressortir l’entraîneur Dharmendra Gundowry. Toutefois, ce dernier soutient que ses protégés sauront se relever de cet échec. « Il nous faudra nous serrer les coudes et nous remobiliser. Jusqu’ici, nous avons disputé trois finales de la CCC zone 7, et une équipe qui n’est pas championne de son pays peut bien remporter le trophée. »
Le message est clair, car l’équipe de l’Est peut mener sa barque à bon port. Reste qu’elle est tombée samedi dernier sur une équipe quatre-bornaise qui n’a jamais lâché prise et qui s’est montrée plus régulière au niveau des réceptions. Certes, le Faucon Flacq Camp Ithier VBC avait cru en un cinquième sacre en renversant la situation au cours de la manche initiale. Menée 1-5, puis 4-8, elle égalisera à 11-11 avant de prendre les devants et se détacher irrésistiblement. Ashwin Ramkalawon, Olivier Alfred, Sarvesh Ruggoo, Alvaro Bonne-Langue, Andry Rakoto, Fabrice Hermann de même que le libero Hansley Casimir avaient-ils fait le plus difficile ?
Mais voilà, le Quatre Bornes VBC était loin de vouloir s’avouer vaincu. Evans Sauteur et ses coéquipiers (Nicolas Dupouy, Kevin Larose, Nicolas Laurette, Yannick Bouti, Cédric Apollon et le libero Éric Louise) dominaient largement la manche initiale. La mainmise quatre-bornaise se confirmait au cours du troisième set avec cette avance prise à 9-3, puis à 13-7. Jason Raddoo et Hansley Uppiah étaient alors sollicités, et le champion en exercice effectuait un retour en force à 13-14. Toutefois, le challenger repartait alors de plus belle pour s’imposer avec sept points d’avance.
L’équipe de Camp Ithier se devait alors de jouer sa dernière carte. Elle refusait ainsi de se laisser mourir en tenant le coup jusqu’à 16-16. Le finish des Quatre-Bornais devait se révéler étourdissant et le titre était acquis sur la deuxième balle de match suite à une feinte du passeur Nicolas Laurette. Joueurs, dirigeants et supporters du Quatre Bornes VBC pouvaient donner libre cours à leur bonheur.