Soumis lundi dernier au ministre de la Jeunesse et des Sports, Devanand Ritoo, le rapport rédigé par Jean-Roger Boodhna, Ombudsperson for Sports, a été défavorable à l’encontre de la volleyeuse Lucy Latour. Dans les grandes lignes, le rapport mentionne un manque d’envie et de détermination de cette dernière de se joindre à la présélection nationale et des demandes trop exigeantes de sa part. Par contre, le ton conciliant et la coopération de Bharun Teeroovengadum, président de l’Association mauricienne de volley-ball (AMVB) sont mis en exergue.
Au cours d’une rencontre avec la présélection masculine au gymnase Pandit-Sahadeo à Vacoas hier soir, Devanand Ritoo a évoqué ce sujet, sans pour autant faire allusion à la joueuse. « Quand vous êtes retenus au sein d’une sélection, il vous faut évoluer avec le coeur, pas avec le couteau sous la gorge. Nous ne pouvons forcer quelqu’un à intégrer une sélection. Toutefois, s’il refuse, il aura à en subir les conséquences ». À l’issue de la rencontre, le ministre nous avouera qu’à la lecture du rapport, il demeure convaincu que Lucy Latour « est à blâmer ».
Du côté de l’AMVB, Bharun Teeroovengadum soutient qu’il n’est pas encore en possession du rapport. Quand ce sera le cas, il compte convoquer la joueuse devant son comité directeur qui décidera de la marche à suivre. Il est toutefois à noter que Lucy Latour avait fait part, samedi dernier, de son intention d’intégrer la sélection et avait fait une demande pour rencontrer Bharun Teeroovengadum. Demandes qui n’ont pas eu de suite et qui ont été tout de même mentionnées dans le rapport.
Reste que Guito Lepoigneur, entraîneur d’Azur SC (équipe au sein de laquelle évolue Lucy Latour), nous fera ressortir ce matin que suite à une rencontre avec la joueuse, cette dernière se trouve toujours disposée à intégrer la présélection. La seule condition émise demeure la tenue d’une rencontre avec le président de l’AMVB pour tout clarifier.