Performance des plus notables de l’équipe masculine du Quatre Bornes VBC avec un cinquième sacre d’affilée dans la Republic Cup en volley-ball. Au gymnase Pandit-Sahadeo à Vacoas samedi dernier, cette formation n’a laissé aucune chance au Club Sportif de Pamplemousses en faisant la différence en 64 minutes sur le score de 25-20, 25-18 et 25-12. Comme un bonheur ne vient jamais seul, l’équipe féminine de la ville des fleurs a signé son premier succès dans cette compétition, à l’issue d’une victoire au tie-break face à Azur SC (15-25, 26-24, 22-25, 25-23 et 15-9) en 131 minutes.
Après avoir repoussé le challenge des Trou aux Biches Sharks et du Faucon Flacq Camp Ithier VBC aux tours précédents, le Quatre Bornes VBC a survolé cette finale. Malgré l’absence de son entraîneur Veekash Maghun, retenu par ses obligations professionnelles, cette formation n’a jamais été inquiétée dans sa démarche en menant quasiment de bout en bout tout au long des trois manches.
D’autant que les éléments du CSP ont paru empruntés pour leur première finale chez l’élite et n’ont pu fournir leur rendement habituel. « Les joueurs ont évolué crispés et ont accumulé trop de fautes. Dans de telles conditions, il leur était difficile de s’accrocher ou de revenir dans le jeu », confirmait l’entraîneur Sanjeev Jundoosing.
Le Quatre Bornes VBC avait pris ses distances à 17-13 au cours de la première manche, avant de s’imposer avec cinq points d’avance. Les Nordistes tenteront de rivaliser au set suivant (9-10), mais un coup d’accélérateur à 16-10 mettait le tenant du trophée hors d’atteinte. Par la suite, Frédéric Rose et ses coéquipiers jetaient les armes (2-10), et cette dernière manche s’avérait à sens unique.
« Nous étions très appliqués et le résultat a suivi. Décrocher un cinquième sacre consécutif constitue une énorme satisfaction », soulignait Evans Sauteur, capitaine du groupe. Ce dernier avait une pensée particulière pour Veekash Maghun et ses coéquipiers qui ont consenti à beaucoup de sacrifices. Reste désormais à obtenir l’aide de la municipalité de Quatre-Bornes pour l’obtention du gymnase d’Ébène à un rythme plus fréquent. Et ce, afin de préparer le prochain championnat dans les meilleures conditions.
Par contre, la finale féminine a été indécise jusqu’au bout. Venu pour conserver son trophée, Azur SC, malgré un effectif limité de huit joueuses, a bien failli forcer la décision en sa faveur. Au bout du compte, ses joueuses ne peuvent que s’en mordre les doigts en ne pouvant gérer leur avance de 19-16 au quatrième set.
Le Quatre Bornes VBC, qui a cette fois dû s’employer à fond après sa victoire sans bavures face à ce même adversaire dans la Charity Cup, a connu des sueurs froides en concédant nettement la première manche et en voyant revenir les Azuréennes à 24-24, après avoir obtenu deux balles de set. Certes, les Quatre-Bornaises remportaient cette deuxième manche, mais elles ne pouvaient maintenir leur lancée lors de la troisième. « Avec le stress, nous nous sommes fait peur. Cela démontre que nous devons apprendre à chaque match », analysait Alison Labour, capitaine du groupe.
Tout semblait alors sourire à Azur SC. Mais voilà, une accumulation de fautes directes était en sa défaveur. « Nous avons effectivement commis trop d’erreurs à ces instants cruciaux. La victoire nous tendait les bras, mais les joueuses ont pris un sérieux coup au moral et nous n’étions plus dans le coup lors du set décisif », regrettait l’entraîneur Olivier Harel. Ce set décisif devait en effet être dominé par le Quatre Bornes VBC, qui avait pris ses distances (8-4) au changement de côté. Cette formation se trouve-t-elle engagée à réaliser la saison parfaite.
À cela, Prisca Seerungen maintient que ses protégées devront se tenir sur leurs gardes. « Les joueuses possèdent le potentiel physique et psychologique. Ce deuxième succès, après celui obtenu dans la Charity Cup, permet de prendre davantage confiance, mais pas la grosse tête. De plus, les joueuses continueront à grandir ensemble, comme un groupe. » Ce groupe au sein duquel Prisca Seerungen avance que Stacy Armoogum s’améliore en tant que libero et que Liza Bonne a su répondre à l’appel.
En attendant le coup d’envoi des championnats nationaux, ce seront les équipes de 2A et 2B qui seront sur le pont vers la fin de ce mois.