Entre les équipes qui aspirent à disputer les play-offs et les autres qui feront de leur mieux pour éviter les bas-fonds du classement, il existe à coup sûr un gouffre. Cela s’est vérifié au cours des premières rencontres comptant pour les championnats nationaux de première division de volley-ball. Toutes les rencontres disputées se sont ainsi soldées en trois sets.
Le seul débat plus ou moins équilibré a été celui opposant le Port Louis Red Star au Ernest Florent VBC. Même si son adversaire lui a tenu la dragée haute, notamment lors de la troisième manche, l’équipe de la capitale, avec son nouvel entraîneur Sanjeev Jundoosing, a néanmoins fait la différence.
Par contre, le Faucon Flacq Camp Ithier VBC, le Rivière-du-Rempart Star Knitwear VBC et l’Association Sportive Jeunesse Chebel ont pris moins d’une heure pour asseoir leur supériorité. Et ce, aux dépens de l’Association Sportive Baie-du-Cap, du Club Sportif Trotters de Quatre Bornes et de La Tour Koenig VBC respectivement.
Reste que ce championnat masculin est marqué par le forfait du Buswell VBC. Après avoir joué aux abonnés absents lors de la Coupe de la République, les joueurs de cette équipe des villes soeurs ne se sont de nouveau pas présentés lors de la rencontre prévue face au Curepipe Starlight samedi dernier. Serait-ce la fin de l’aventure pour une formation qui avait réussi un parcours sans faute en D2 trois ans de cela pour se retrouver chez l’élite ?
Buswell a réalisé quelques performances notables, mais cette formation a graduellement lâché prise, surtout depuis le départ de son entraîneur Gary Holtz. Tant et si bien que la plupart de ses titulaires ont pris leurs distances de l’équipe à la fin de la saison dernière.
Du côté féminin, on attendait un duel plus ou moins équilibré entre le Curepipe Starlight et le Quatre Bornes VBC, comme cela avait été le cas lors des quarts de finale de la Coupe de la République. Il n’en a rien été, avec une équipe curepipienne évoluant plusieurs crans au-dessus des championnes de la deuxième division.
Azur SC n’a également pas eu à forcer son talent pour mettre à la raison le Mahébourg VBC, alors que, pour rappel, les Tranquebar Black Rangers s’étaient imposées par forfait, le Malherbes VBC ne s’étant présenté qu’avec quatre joueuses.