Le Championnat régional de volley-ball masculin a pris fin, il y a deux semaines, au gymnase Malabar, avec un duel épique mettant aux prises Roche Bon Dieu avec le Centre régional de formation. Avant la rencontre, les deux équipes possédaient chacune 12 points, soit un sans-faute en six journées. C’est finalement Roche Bon Dieu qui s’est imposé (3 sets à 1) pour remporter ce championnat en attendant mieux après les Masters prévus pour le mois prochain. Car pour décrocher le titre de champion de Rodrigues, cette formation devra faire aussi bien dans ce dernier tournoi qui réunira les quatre premiers du championnat. C’est dire que le Centre régional de formation n’a pas tout perdu et peut toujours espérer jouer le titre.
Il convient de souligner que le titre de champion de Rodrigues est déterminé après un cumul des trois compétitions de l’année, soit la Coupe de l’Indépendance, le championnat et les Masters. A ce jour, le premier trophée a été remporté par le champion de Rodrigues sortant, à savoir Montagne Goyave, alors que le second vient d’être gagné par Roche Bon Dieu. Cette formation, il faut le rappeler, effectue actuellement un retour en force chez les garçons, après son titre de champion en 2009. Après ce sacre, elle devait perdre trois de ses éléments clé, nommément Bertrand et Julie Samoissy et Kevin Larose, qui s’étaient déplacés pour Maurice pour des études supérieures.
Cette saison, Roche Bon Dieu a récupéré l’international Kevin Larose, un des éléments de la sélection nationale et qui disputait les derniers Jeux des Îles de l’océan Indien, aux Seychelles. Depuis, cette équipe a retrouvé sa verve pour venir justement remporter ce championnat devant les jeunes du centre de préformation pourtant donnés favoris. Selon Jean-Marc Samoissy , qui s’est retrouvé dans une situation très cocasse à l’issue de la finale de samedi dernier_ étant donné qu’il est responsable du Centre et également entraîneur de Roche Bon Dieu – il a indiqué qu’il y a un manque d’entraîneurs dans l’île – , ce match a tenu toutes ses promesses. « Malheureusement, les jeunes ont manqué de maturité et ont craqué sous la pression. Pourtant, ils ont beaucoup de qualité », a-t-il déclaré.
Et si Roche Bon Dieu s’est justement imposé, samedi dernier, et qui plus est, sous le regard du ministre de la Jeunesse et des Sports, Devanand Ritoo, c’est en raison de leur expérience. « Les joueurs de Roche Bon Dieu ont fait la différence grâce à leur expérience. J’ajouterai que le retour de Kevin Larose au sein de l’équipe a constitué un gros atout », a-t-il précisé. L’objectif est maintenant les Masters, une compétition qui permettra à Roche Bon Dieu de renouer avec le succès, après le sacre de 2009. Selon Jean-Marc Samoissy, cette équipe a le potentiel pour aller jusqu’au bout, comme elle l’a démontré jusqu’ici.
Jean-Marc Samoissy est aussi d’avis que le Centre de préformation possède également de solides arguments à faire valoir dans ce dernier tournoi de l’année qui réunira aussi le troisième ,Montagne Goyaves, lequel n’a certainement pas encore dit son dernier mot. « Le Centre de préformation a encore une chance d’être champion, alors que le champion sortant, Montagne Goyaves peut également espérer après avoir remporté la Coupe de l’Indépendance en début d’année », a indiqué Jean-Marc Samoissy.
Pour ce dernier, la satisfaction est de mise après ce qu’il a vu au cours de ces derniers mois. Il a ajouté que le Centre de préformation évolue dans un cadre propice à la progression. Car les jeunes bénéficient du gymnase et des équipements nécessaires entre autres. En revanche, a-t-il souligné, les autres clubs doivent s’entraîner à l’extérieur et des fois, ce n’est guère évident surtout en période hivernale et pluvieuse. Selon lui, les clubs sont même obligés, des fois, de faire l’impasse sur plusieurs jours d’entraînement en raison des intempéries. C’est un gros problème qui, a-t-il dit, freine la progression des équipes.
Par ailleurs, le championnat féminin a pris fin samedi dernier, au gymnase Malabar, avec une défaite (0-3) inattendue de Champ face à Oranges. Le premier nommé a donc terminé premier avec 18 points, soit avec un tout petit point d’avance sur son adversaire. N’était-ce sa défaite face à Mangues, Oranges aurait terminé premier. Cela fait que les Masters s’annoncent très disputés et on peut même avancer que rien n’est joué surtout après ce sursaut d’orgueil des joueuses d’Oranges.