Le mouvement de grève entamé par les éléments de la présélection masculine de volley-ball, mardi dernier, n’a pas été sans conséquences. Rencontrant les joueurs hier soir au gymnase Pandit-Sahadeo à Vacoas, Fayzal Bundhun, président de l’Association mauricienne de volley-ball (AMVB), leur a fait comprendre que le stage prévu à Rodrigues a été carrément annulé. Cette mesure touche également la présélection féminine, qui devait effectuer le déplacement la semaine prochaine.
Adoptant un ton ferme et sans équivoque, en présence de Kaysee Teeroovengadum (secrétaire de l’AMVB), Bose Soonarane et Jean-Michel Dedans (team-managers), Fayzal Bundhun s’est élevé contre l’action amorcée du fait que les joueurs n’avaient pas obtenu de chaussures pour les séances d’entraînement. « Était-ce une action réfléchie ? Était-ce un coup monté ? Qui est à l’origine de ce mouvement qui s’est situé au surlendemain de l’assemblée générale ? » s’est-t-il demandé. Et ce, tout en se disant certain que « la vérité remonte toujours à la surface ».
Le président de l’AMVB a dans la foulée lancé une sévère mise en garde. « Avec moi, pas de chantage et n’essayez pas de me mettre le couteau sous la gorge. Pour ceux qui ne sont pas d’accord et qui veulent mettre les bâtons dans les roues, la porte est ouverte ».
Fayzal Bundhun s’est également insurgé contre le fait que peu de joueurs s’étaient présentés à la séance d’entraînement tenue samedi dernier et que le rapport de l’action de mardi dernier ne lui a pas été soumis jusqu’ici. Si le stage à Rodrigues est annulé, le président de l’AMVB a néanmoins confirmé la participation à la Coupe d’Afrique des Nations en juillet prochain. Une échéance qui culminera avec les Jeux des îles. Dans ce contexte, il a exhorté les joueurs à faire preuve de patriotisme.
« En initiant ce mouvement de grève, quelle image avez-vous projeté ? Vous devez avoir du respect pour le maillot national et démontrer un esprit de combattant et de patriotes. Nous devrons être tous unis sur le champ de bataille. Si nous gagnons, nous gagnerons ensemble ». Il a pris pour témoins Gilbert Alfred et Eric Louise, deux des médaillés d’or des JIOI de 2003, pour faire comprendre « l’esprit de partage et de cohésion », dont la sélection avait fait montre pour décrocher le métal précieux.
« Rien n’est obtenu sur le plateau. Tout se mérite et vous devrez consentir à des efforts », a ajouté le président de l’AMVB. Vu le ton adopté par ce dernier, aucun joueur n’a osé faire part de doléances ou d’éventuels problèmes. La séance d’entraînement s’est par la suite sans doute dans un nouvel état d’esprit.