Azur SC a définitivement dit adieu à son titre dans le championnat féminin de volley-ball. Dominée en trois sets (13-25, 23-25 et 19-25) en 68 minutes par les Tranquebar Black Rangers, hier soir au gymnase Pandit-Sahadeo à Vacoas, les Azuréennes devront se contenter de la troisième place au classement final. Et ce, alors qu’elles avaient abordé les play-offs avec des ambitions légitimes.
La consécration se jouera samedi à partir de midi entre la formation de Tranquebar et le Curepipe Starlight. Les deux aspirants au titre ont tous deux concédé une défaite dans cette compétition. Ce qui laisse augurer une finale indécise et équilibrée, même si la formation curepipienne avait imposé sa loi en quatre sets lors de la manche aller. Toujours est-il que les deux forces en présence ont déjà validé leur visa pour la Coupe des clubs champions de la zone 7. Une compétition que les Tranquebar Black Rangers, triple finalistes, retrouveront après une année d’absence. « Notre premier objectif est atteint. C’est déjà une satisfaction », se réjouit d’ailleurs l’entraîneur José Bistoquet. Reste que ce dernier veut désormais viser plus haut, même s’il demeure conscient que ses troupes auront à sortir le grand jeu face au Curepipe Starlight et ses joueuses chevronnées.
Quoi qu’il en soit, l’équipe de la capitale jouait gros hier soir face à un bloc d’Azur SC qui n’avait également pas droit à l’erreur. Cette dernière formation allait-elle confirmer son succès acquis l’avant-veille face au Curepipe Starlight ? Mais voilà, cette débauche d’énergie fournie devait finalement peser lourd dans la balance. Azur SC était très rarement dans le coup, sauf au deuxième set où il menait 16-10. Une avance que Nathalie Letendrie et ses camarades ne pourront gérer en se faisant reprendre à 23-23. Les Tranquebar Black Rangers signaient ensuite les deux points cruciaux.
« Les joueuses n’avaient pas récupéré de la rencontre de lundi dernier et n’avaient plus rien dans les jambes. Je n’arrive pas à comprendre comment en tant que tenants du titre nous nous sommes retrouvés avec un tel calendrier, avec deux matches cruciaux en 48 heures. Pour certains, les objectifs ont ainsi été atteints. De plus, certaines de mes joueuses sont revenues usées de leur passage en sélection nationale », analysait un Guito Lepoigneur visiblement abattu.
Du côté de la formation de Tranquebar, le départ en trombe au cours de la manche initiale a créé un doute chez l’adversaire. Martine Bistoquet et ses coéquipières, face à un adversaire résigné lors de la troisième manche, ont maintenu la pression. Menant 15-9, elles conserveront cette avance de six points jusqu’au bout. José Bistoquet s’attendait à un tel scénario. « J’étais conscient qu’Azur, suite à ce sursaut d’orgueil face au Curepipe Starlight, payerait de ses efforts. Il aurait été difficile pour ses joueuses de tenir le coup face à notre meilleure condition physique. Ma satisfaction demeure que des joueuses telles que Tiffany Nursimloo et Priscilla Kelly ont retrouvé la forme, tandis que Meliza Momus, malgré ses 15 ans, a confirmé son potentiel naissant. »
Du côté masculin, le Rivière-du-Rempart Star Knitwear VBC a de nouveau concédé une défaite sur forfait. Cette fois, aucun de ses joueurs n’était présent pour son duel programmé face au Quatre Bornes VBC. Ce soir, une rencontre équilibrée est prévue entre le Port Louis Red Star et les Trou-aux-Biches Sharks, soit deux équipes qui briguent la troisième place.