La bande à José Bistoquet a remporté pour la deuxième année consécutive le titre de championne de Maurice de Volley-Ball. Le club de la capitale, Tranquebar Black Rangers s’est facilement imposé aux dépens du Curepipe Starlight par 3 sets à 0 (25-15, 25-23 et 25-14). Une victoire bien méritée pour une équipe qui n’aura rien lâché tout au long de la saison.
Le premier match de la soirée de jeudi qui s’annonçait comme un choc entre le leader, le Curepipe Starlight et son dauphin, le Tranquebar Black Rangers, aura finalement souri au deuxième nommé qui était un cran au-dessus de son adversaire. Les coéquipières de Martin Bistoquet avait besoin d’une victoire pour l’emporter et c’est ce qui s’est produit. « Nous avons joué sans pression. Nous savions à qui  nous avions  affaire. La victoire était impérative et on a  tout donné. Je suis très contente. C’est grâce à toute l’équipe qui a donné la pleine mesure de ses capacités », indique la capitaine de Tranquebar Black Rangers, Martine Bistoquet. Le premier set a été vite expédié (25-15) alors que le deuxième a été beaucoup plus disputé.
L’équipe de la Ville Lumière donnait à un moment l’impression de pouvoir recoller au score elle allait s’incliner devant la volonté, la hargne et le courage des Port-Louisiennes qui allaient l’emporter par 25 à 23. Le dernier set n’allait être par la suite qu’une formalité pour Tranquebar, qui allait terminer le travail (25-14). « Nous avons abordé la rencontre dans le rôle d’outsider. C’est mieux d’aborder le match dans ces conditions car nous jouons sans pression », fait ressortir Martine Bistoquet. L’entraîneur José Bistoquet était lui aussi aux anges après la rencontre. « Je dédie ce sacre à mon épouse Jacqueline, qui nous a quittés juste après les Jeux des Îles de l’Océan Indien (JIOI) », indique-t-il.
Il ajoute par la suite, « notre plus gros avantage face à Curepipe était la jeunesse. Nous avons quatre ou cinq jeunes qui ont dans les 13-14 ans. Je tiens à remercier tous ceux qui croient en nous. Notre sponsor, Investec, le DPM Rashid Beebeejaun, qui a été derrière nous depuis le début de la saison », déclare José Bistoquet. George Appadoo, le coach curepipien est pour sa part très déçu de la physionomie de la rencontre. « On se voyait toujours à courir après le score. À chaque fois qu’on recollait, on y laissait des forces. Et c’est ce qui a joué contre nous », fait-il ressortir. Curepipe a par ailleurs perdu la deuxième place au profit d’Azur SC, tombeur de La Tour Koenig SC en trois manches (25-13, 25-17 et 25-14).
Grâce à ce précieux succès, l’équipe de Guito Lepoigneur se qualifie en compagnie de Tranquebar Black Rangers pour la Coupe des Clubs Champions de la Zone 7 à Madagascar. « On va essayer de se préparer au mieux. L’objectif demeure les demi-finales. Mais on a un peu manqué de jeu pendant notre suspension et commencer la ligue en affrontant les champions et vice-champions nous a un peu sonnés », avoue Guito Lepoigneur.