Il est quasi certain qu’une équipe mauricienne disputera la finale masculine de la 20e édition de la Coupe des clubs champions de la zone 7 de volley-ball. Et ce, du fait que le Quatre Bornes VBC et le Faucon Flacq Camp Ithier VBC seront en opposition lors de la demi-finale prévue vendredi après-midi au gymnase Pandit-Sahadeo à Vacoas. L’autre demi-finale mettra aux prises les Réunionnais du Tampon Gecko Volley aux Seychellois de Beau-Vallon. Chez les dames, les Malgaches de Stef’Auto ont assuré la première place de leur poule et brigueront une place en finale face au Curepipe Starlight. L’autre demi-finale sera exclusivement réunionnaise entre le Saint-Denis Olympique et le Volley-ball Côte Ouest.
Le Quatre Bornes VBC confirme sa montée en puissance dans cette compétition. Cette fois, les Seychellois de Premium Spikers, déjà hors-course avant cette rencontre, n’ont pas pesé lourd face aux champions nationaux. À l’arrivée, un 3-0 (25-19, 25-21 et 26-24) sans discussion pour une formation qui bouclera sa phase qualificative cet après-midi face aux Comoriens d’Asmid, qui courent toujours après leur première réussite. Avec trois succès en quatre sorties, les Quatre-Bornais termineront selon toute vraisemblance à la deuxième place de la poule B.
« Ce 3-0 n’était pas attendu, mais l’équipe progresse de sortie en sortie. La victoire était impérative dans le cadre de la qualification et les joueurs se sont battus jusqu’au bout. Toutefois, ce match face aux Comoriens devra être pris avec le même sérieux, car il s’agira de ne pas les sous-estimer », avance un Lindsay Wilson visiblement euphorique à l’issue de ce nouveau succès.
Cette fois, Olivier Choyen était titularisé d’entrée aux côtés de Kevin Larose, Evans Suateur, Yannick Bouti, Cédric Apollon et Jonathan Joseph. Ces joueurs ont fait la course en tête tout au long de la première manche, mais se sont fait sérieusement accrocher lors de la manche suivante. L’équipe seychelloise composée d’entrée de Kepathy, Sinon, Valentin, Rose, Souffe et Frédérick avait alors sollicité Mangroo au poste de passeur. Il n’empêche qu’à 18-17, le Quatre Bornes VBC prenait ses distances. Misant à fond sur le potentiel de Guy Valentin, les Premium Spikers se battaient pour l’honneur. En tête au second temps mort technique (18-16), la bande à Bernard Denis était rejointe à 21-21, puis 23-23, mais ne pouvait pas convertir une balle de set. Les Quatre-Bornais confirmaient alors leur emprise en réussissant les trois points suivants.
De son côté, le Faucon Flacq Camp Ithier VBC a réussi un premier pari, soit vaincre les Seychellois de Beau-Vallon et prendre un sérieux ascendant sur la première place de la poule A. Face à une équipe de l’archipel, invaincue jusque-là et qui n’avait de surcroît pas concédé le moindre set, le pari était certes osé pour Ashwin Ramkalawon et ses camarades. Certes, Beau-Vallon, avec dans ses rangs le longiligne Ian Furneau et le puissant Ricky Vel, avait pris le meilleur départ pour créer le doute chez l’adversaire.
Mais voilà, l’équipe de l’Est a démontré depuis le début de cette compétition qu’elle allait crescendo au fil des sets. C’est ainsi qu’Andry Rakoto, Gilbert Alfred, Hansley Uppiah, Ashwin Ramkalawon, Stéphane Moonisamy et Alvaro Bonne-Langue retrouvaient leur allant pour livrer un duel épique tout au long de la deuxième manche. À 18-18, tout était encore possible, avant que la formation de Camp Ithier ne prenne ses distances. La troisième manche sera encore plus équilibrée, avec un bloc de Beau-Vallon qui obtenait même une balle de set à 25-24, mais ne pouvait conclure. Revigorés par ce revirement de situation, les vice-champions de Maurice mettaient l’issue hors de doute au cours d’un quatrième set dominé de bout en bout.
Lanterne rouge
Dharmendra Gundowry s’attend désormais que ses protégés réalisent le sans-faute dans ce groupe. « Pas question de relâchement, et il faudra également garder la tête bien sur les épaules. Cette dernière sortie face à l’AS Tiavo sera tout aussi importante. Concernant le match face à Beau-Vallon, la machine a pris un certain temps pour s’enclencher, d’autant que l’adversaire était compliqué à manier. Il reste maintenant à souhaiter que cet excellent parcours continue. »
De son côté, Adolphe Nalletamby s’attend à un sursaut de son équipe. « Nous avons manqué de concentration à partir du deuxième set et il nous était difficile de revenir dans le jeu. Toutefois, rien n’est perdu, et nous continuerons à nous battre jusqu’au bout. »
Quant au Port Louis Red Star, il a enregistré une nouvelle déconvenue face aux Mahorais de M’Tsapere, qui ont ainsi enregistré leur premier succès. L’équipe de la capitale, qui avait affronté Beau-Vallon en début d’après-midi, ne pourra échapper à la dernière place, alors que l’AS Tiavo terminera vraisemblablement à la troisième place de cette poule.
Du côté féminin, les Tranquebar Black Rangers, déjà éliminées, ont tenté un baroud d’honneur face à Stef’Auto. Après avoir concédé les deux premières manches, la bande à José Bistoquet revenait à la charge pour forcer le tie-break. Cependant, face à un adversaire limité au niveau de son escouade, l’équipe de Tranquebar ne pourra soutenir la comparaison. Lâché au changement de côté à 2-8, elle concédera huit points de retard à l’arrivée. Trois fois demi-finalistes de cette compétition, les Tranquebar Black Rangers se retrouvent cette fois à la peu enviable place de lanterne rouge. Une énorme déception, tout comme pour les Seychelloises de Cascade qui se sont nettement inclinés face au Volley-ball Côte Ouest, laissant ainsi filer la qualification pour les demi-finales.